Charpentier suburbain

by Cochonfucius

irissary

Composition de Cochonfucius

Le fils du charpentier se tient, sans une plainte,
Dans un petit jardin, du côté de Bagneux,
Sous le regard ému de deux vestales saintes ;
À ses pieds, du gazon, certes parcimonieux.

Nul ne vient lui porter son éponge d’absinthe,
Nul ne croit qu’il dira des mots cérémonieux ;
La foi des promeneurs est plus ou moins éteinte,
Affublés qu’ils sont, tous, d’un bon sens besogneux.

Tout près passent les trains. Les voyageurs sommeillent
Ou bavardent entre eux, vidant quelques bouteilles,
Sans voir le charpentier (qui leur tourne le dos) :

Sauf quand, certains matins, se promène un rhapsode
Qui dans son pauvre coeur grave cet épisode,
Du quotidien banal écartant le rideau.

 

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Alchimie, Développement personnel, Développement spirituel, Général, Observation de soi, Poésie, Sentiers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Charpentier suburbain

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s