Le Livre des Transformations

Le YI KING:
 » Le plus ancien livre de chine en est aussi le plus moderne. Le YI KING offre à l’homme une clé intemporellement neuve pour pénétrer l’énigme de son destin. Il nous entraîne, au-delà de toute théologie comme de tout système philosophique, à un degré de profondeur limpide où l’oeil du coeur contemple l’évidence du vrais. L’unité est le fondement de l’univers. Mais, pour être fécond, le T’ai Ki (le grand Commencement) doit ce sacrifier en ce dédoublant, car  » à partir de ce qui est parfait, rien de devient. ». »
YI KING Le livre des transformations. » Selon la sagesse Taoïste, celui qui veut trouver l’équilibre et la sérénité doit ce conformer aux lois cosmiques. l’ensemble de la vie humaine est régi par ces lois, de même que tout ce qui existe dans l’univers. Aller à leur encontre est source d’infortune. »
« Le YI KING a le génie de nous replacer dans notre dimension cosmique sans nous effrayer. Les hexagrammes sont des fils d’énergies qui nous relient au reste de la création dont nous sommes partie intégrante.
Nous avons une place dans l’univers entre Ciel et Terre, entre le père et la mère.
Le secret du Sage,c’est la Voie du Ciel et de la Terre, la Voie du Milieu. »

MIEUX VIVRE AVEC LE YI KINGLe YI KING est à l’origine un oracle divinatoire vieux de plus de trois milles ans toujours exerce, et que les taoïstes ont intégrés et adapté au TAO, tout en en gardant et respectant l’intégralité.

Le YI KING du TAO (appelé Pa-Kua ou Ba-Gua), trouve ces racines fondamentales à partir des deux forces universelles du YIN et du YANG, dont les symboles formant le diagramme Liang-yi, lequel, de par l’étude de son évolution suivant un plan de l’univers et décrivant tout les niveaux de transformation (depuis la création en passant par la croissance, la maturité, le déclin, la dissolution et la création), va ce transformer en huit trigrammes, qui a leur tour vont se transformer en huit hexagrammes et, dont leur propre transformation vont donner huit autres hexagrammes, pour un total de soixante quatre hexagrammes.

Le trigramme est représenté par trois traits superposés identiques, pour les trigrammes YIN et YANG ou combinés en fonction des mutations de ces dernier trigrammes. Le trait supérieur représente le ciel, le traits inférieur la terre et le traits central représentant l’homme traversé par l’énergie entre ciel et terre.

Le trigramme YANG représenté par trois traits pleins, il est le Ciel -le Père- et le YIN par trois traits discontinus, la Terre -la mère-. A partir de leur transformation, vont en découler six autres trigrammes, le lac, le feu, le tonnerre (ou l’éclair) , le vent, l’eau et la montagne. Ces correspondances appartiennent à l’image de leurs relations aux phénomènes cosmiques, ils vont avoir à la fois aussi, une relation familiale, une orientation suivant les huit points cardinaux, un attribut et représenter les huit pilier du taoïsme comme suit:


Le Ciel (le créateur-K’ien/Ch’ien) – le père – nord ouest – fort – TAO de la philosophie
La Terre (le réceptif-K’ouen/K’un) – la Mère – sud ouest – soumis, abandonné – TAO de la connaissance approfondie.
Le Tonnerre (l’éveil, l’ébranlement-Tchen/Chên) – le fils 1er – est – le mouvement – TAO de l’alimentation oubliée (herbologie).
L’Eau (l’insondale, l’abysse-K’an) – le fils 2è – nord – le danger – le TAO de la revitalisation.
La Montagne (l’immobilisation-Ken) – le fils 3è – nord est – le repos – le TAO de l’alimentation équilibrée.
Le vent (la douceur-Souen/Sun) – la fille 1ère – sud est – le pénétrant – le TAO de l’art de guérir.
Le Feu (l’adhésion, l’illumination-Li) – la fille 2è – sud – le lumineux – le TAO de la sagesse sexuelle.
Le Lac (la joie, la sérénité-Touei/Tue) – la fille 3è – ouest – la joie – le TAO du succès.

Ces huit trigrammes vont se combiner entres eux pour devenir des hexagrammes, figure a six traits yin ou/et yang et se multiplier pour un total de 64 figures, dont chacun des six traits représente un stade de développement dans les transactions des individus, des groupes ou de l’univers.

Car dans le TAO les 64 hexagrammes vont êtres divisés en huit groupes de huit, dénommés dans l’ordre suivant: succès; risque; stabilité; force; libre arbitre; les gens; paix; relations.

Le tirage de l’oracle, peut s’effectuer de plusieurs manières différentes dont les deux suivantes sont les plus courantes :

L’une à l’aide de baguettes, un peu à assimiler et l’autre avec trois pièces de monnaie identiques, plus simple et dont je vais parler.

Pour ce tirage il est nécessaire de ce munir de trois pièces identiques, d’un crayon et d’une feuille de papier.
Pensez à votre question tout en agitant les pièces dans votre main, puis laissez tomber les pièces, enfin lire le résultat. Le coté face est égal à 3 et le coté pile est égal à 2.
Additionner les trois chiffres, puis à l’aide du crayon et du papier tracer les trais correspondant comme suit:

pour un résultat égale aux chiffres 6 et 8, vous tracerez un trait Yin discontinu;
pour un résultat égale aux chiffres 7 et 9, vous tracerez un trait Yang plein.

Tracez le premier trait a partir du bas, puis recommencez l’opération jusqu’à obtenir six traits.
Puis définir le numéro en correspondance partir d’une grille de Pa Kua ou Ba Gua et lisez-en l’interprétation, où vous trouverez d’abord « l’image » de la figure puis l’interprétation des lignes en faisant attention au placement de chaque ligne et de son chiffre correspondant lors du tirage.

Car en fonction du livre que vous aurez pour l’interprétation,
on vous parlera de lignes Yin – lignes 2;4;6 – ou Yang – lignes 1;3;5 –
ou vous aurez une interprétation différente en fonction du trait tracé (plein ou discontinu) dans ces positions.

D’autres vous parleront de traits mutables en fonction du tirage, sachant que,
si le résultat d’un trait yin est égale à 6 et le résultat d’un trait yang est égale à 9,
ces traits sont mutables c’est à dire qu’ils ce transforme en leur contraire,
ou bien encore, en fonction du chiffre décrit à la ligne correspondante dans la signification du livre.

Ce qui ne voudra pas dire que vous aurez plusieurs interprétations différentes pour une même figure,
il n’y qu’une seule définition et interprétation, mais plutôt une différence dans la précision plus ou moins complexe
du texte et de son assimilation.

Le YI KING est encore considéré de nos jours l’oracle le plus précis et le plus juste pour prédire et définir la voie à suivre.Au vu de ces quelque différences, je me suis servi de trois ouvrages, Le GRAND TAO ( principalement), YI KING Le livre des transformations et Mieux Vivre avec le Yi King, pour tenter de présenter une vue d’ensemble du YI KING, avec son intégration dans le TAO et de leur complémentarité dans l’image et les relations des trigrammes ainsi que l’interprétation et l’étude des tirages en fonction des différents ouvrages que l’on peut trouver.

A lire:
YI KING Le livre des transformations (Richard WILHELM – Etienne PERROT)
Yi Jing Le livre des changements (Cyrille J. -D. Javary – Pierre Faure)
Mieux vivre avec le YI KING (Marie-Noëlle DOUBLET)
Le Grand TAO ( (Dr Stephen T. CHANG)
Interprétation alchimique du Yi King et du Tarot (Toni Ceron)
La Voie de la Transformation (Etienne Perrot)

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article, publié dans Général, YI King, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Livre des Transformations

  1. Dom dit :

    Une introduction au Yi King

    Si le «Livre des Transformations» ou «Livre des Changements» que nous retrouvons sous le nom de «Yi King», en mandarin, est un document qui peut nous paraître obscur, même dans sa traduction française, anglaise ou allemande; c’est surtout son utilité pratique qui retiendra notre attention.

    Nous nous attacherons à examiner et comprendre

    * l’histoire
    * l’utilité pratique
    * le matériel
    * comment consulter et interpréter une situation
    * l’analyse des hexagrammes
    * les outils disponibles

    Le Yi King est un document relativement court puisqu’il comporte environ six mille caractères. Ce document rédigé il y a près de quatre mille ans peut paraître difficile à comprendre (même pour les chinois) car il est teinté par la société à l’époque de ses adaptations multiples. La difficulté pour nous européens est double car nous n’avons pas forcément la même vision du monde ou des valeurs que les chinois.

    Si l’interprétation, la compréhention des commentaires et la spéculation métaphysique peuvent paraître ardue ou fastidieuse, le matériel et son utilisation pratique ne requiert aucune compétence particulière. L’utilisation du Yi King est indépendante de la connaissance d’une langue en particulier. Les fondements et les principes quant à eux sont universels et permettent d’analyser les situations et les changements que nous pouvons rencontrer dans notre vie et notre environnement. En ôtant l’habit chinois du Yi King pour le remplacer par le nôtre, il reste parfaitement utilisable dans notre contexte européen.

    http://www.catoire-fantasque.be/Reflexions/Yi-King/

    J'aime

  2. Sol dit :

    La matière qui nous intrigue tant
    manifeste simplement le fait que
    la nécessité qu’il y ait un infini
    se heurte définitivement à son impossibilité.

    Frank Hatem

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s