Causerie

Haut les gants

Le tao fait le Un

Le Un fait le Deux

Le Deux fait le Trois

Le Trois fait les 10000 êtres

Lao Tseu

oct_enna_a1.png

Si

Comme

Quoique

Malgré tout 

Quand bien même

A force de dormir

jour et nuit, le jour nuit

Des noces du silence y poussent 

jusqu’au cap de Bonne espérance

L’ennui se meurt, l’instant demeure

Un des buts,  intermédiaire immédiat

Début ultime, proche, spirituel, lointain

Faire voile , vraiment sans mystère, toucher Terre,

Suivant une drôle de fête donnée à entendre de la baie des étoiles

 En conjecture de Syracuse 

oct_enna_a7

Système ternaire

Un fait par Jour

Un jour parfait

Métaphysique du Nombre 

Une chose à la fois

Chaque voix épouse sa voie 

Ma foi danse chaque chose 

1 Nature Expérience Culture
2 Informel Mot Forme
3 Addition Accord Multiplication
4 Affirmation Négation Conciliation
5 Phonétique Alphabétique Action
6 Aimer Errer Veiller
7 Virgule Vague Majuscule
8 Voiler Idée Dévoiler
9 Phonétique Alphabétique Action

Charade alphabétique des bijoutiers du clair de Lune

charade_bijoutiers

Porte   Rythme  Oiseau

Guide Mélodie Diligence

Vide     Harmonie  Evidence

Garde     Orchestration  Repos

Au recueil des rêves ambulants

...

Coincidence Sauvage Saine Sainte Savante Sage

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Causerie

  1. Curare- dit :

    Sol existe ?
    Sol n’est pas 1 egorythme ?
    Sol n’est pas plus 1 algorythme
    Sol n’est pas kill
    Sol had to stay _Alive
    You’re tearing me apart
    Crushing me inside
    You used to lift me up
    Now you get me down
    If I _ Alive again . .

    Aimé par 2 personnes

  2. Sol dit :

    Du blasphème et des Rites d’Eleusis en particulier
    février 21, 2018 0 Comment
    Article publié par EzoOccult le Webzine d’Hermès et mis à jour le : 21 février 2018*

    Du blasphème et des Rites d’Eleusis en particulier par Aleister Crowley.

    https://www.esoblogs.net/15787/du-blaspheme-et-des-rites-deleusis-en-particulier/

    Cet essai de Crowley est paru pour la première fois dans « The Bystander » durant les représentations des Rites d’Éleusis au Caxton Hall à Londres en 1910 e.v. Nous avons décidé de traduire ce texte et de le publier car, avec le recul, il semble encore tellement dans l’air du temps, à cette époque qui est la nôtre et qui voit des fous d’un dieu télévangélique anathèmiser le monde pour son immoralité, son incroyance aux dieux-esclaves. Une époque qui permet à un pasteur-président de faire la guerre au nom d’un Dieu d’amour, une époque qui voudrait aseptiser nos vies de la drogue, de l’alcool, de la cigarette sur la base d’une hygiène politiquement correcte. Les sots de la moralité sont là, ils frappent à notre lucarne télévisuelle tous les soirs…

    J'aime

    • Cher Sol,

      Combien de fois nous sommes-nous étonnés des solitudes qui n’en sont pas? Toi, qui de tes doigts me jouas de la guitare et me chantas de ta si belle voix?

      Que vogue Le Vaisseau imprenable
      Jusqu’à la douce rive de l’improbable !
      Des bijoutiers au clair de lune
      Des randonnées au bout de la plume
      Des nues en l’âge de tes sourires
      Des transparences de ton cœur amical
      De la joie qui fuse en l’enfance musicale
      Je te salue, toi qui des mots te jouais
      De l’alchimie des temps de tous les vocables
      Je te salue et suis à te tenir la main.
      Où que tu sois, la Lumière est Ton Chemin.
      Que voguent les virgules des océans et toutes les majuscules
      Toi qui danses de ton corps éthéré sur les vagues !
      Je t’aime de t’avoir connu et mon cœur est un peu triste.
      Ne m’en veux pas, L’Ami, même si je marche où que tu sois.
      N’en veux pas à l’océan, il a ses vagues à l’âme.

      Océan sans Rivage qui t’aime

      « A chacun, à sa manière, la beauté de l’âme plonge,
      dans sa paix intérieure, en noces du silence,
      en chant d’oiseau, en fleur de l’air, en transparence,
      en recrue des sens, en suave et douce, goutte de rosée.
      Or, la fidélité mesure la liberté de la conscience de soi,
      et à chaque instant comme une moisson de la plénitude du réel.

      Bien à chacun et à tous

      Belle présence et souriante journée »

      Sol, Ailleurs…

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s