Art brevis


Nous écrivons cet Art Bref pour qu’on connaisse facilement le Grand Art. Car, la connaissance de cet Art que nous avons annoncé donne la facilité de pouvoir apprendre et savoir en plus les autres arts.

Utilité de l’alphabet

Nous donnons un alphabet de cet art, pour pouvoir par son moyen faire des figures, et aussi mélanger les principes et les règles afin de rechercher la vérité. Car, au moyen d’une seule lettre ayant beaucoup de significations, l’entendement est plus général pour examiner ces nombreuses significations, et même pour construire la science.

Ce qu’il faut

Et cet alphabet il faut en vérité le savoir , par coeur. Sans quoi l’artiste ne pourra bien se servir de cet art.

Significations

B. signifie : Bonté Différence Est-ce que ? Dieu Justice Avarice
C. signifie : Grandeur Concorde Quel ? Ange Prudence Gourmandise
D. signifie : Fermeté Contradiction De qui ? Ciel Courage Luxure
E. signifie : Puissance Commencement C’est pourquoi ? Homme Tempérance Orgueil
F. signifie : Sagesse Milieu Combien ? Faculté imaginative Foi Méchanceté
G. signifie : Volonté Fin QUel ? Faculté sensitive Espérance Envie
H. signifie : Vertu Majorité Quand ? Faculté végétative Charité Colère
I. signifie : Vérité Egalité Où Faculté élémentative Patience Mensonge
K. signifie : Gloire Minorité Comment et avec quoi ? faculté instrumentative Piété Inconstance

Cette figure est en forme de cercle parce que le sujet est changé de sens d’après ce que l’on le tourne, comme lorsqu’on dit : la bonté est grande et la grandeur est bonne, et ainsi des autres

Usage

Dans cette figure, l’artiste recherche le rapport naturel entre le sujet et l’affirmation, la disposition et la proportion, afin que, pour en tirer la conclusion, il puisse trouver le terme milieu. Car un principe quelconque, pris en lui-même, est absolument général, ainsi quand on dit bonté et grandeur. Quand un principe est accolé à un autre, il en est alors complémentaire, ainsi quand on dit : grande bonté etc…

Le premier triangle se compose de Différence Concordance Contradiction
le second triangle se compose de Commencement Milieu Fin
Le troisième triangle se compose de Majorité Égalité Minorité


Usage
la raison en est qu’il faut que l’intelligence connaisse un principe quelconque au moyen de tous les principes. Et nous allons en donner l’exemple pour la bonté, delaquelle nous ferons le sujet d’affirmations des autres principes.

Exemple

La bonté est grande, la bonté est durable, la bonté est puissante, la bon,té est connaissable, la bonté est aimable, la bonté est vertueuse, la bonté est vraie, la bonté est glorieuse, la bonté est différente, la bonté est concordance, la bonté est contrariante, la bonté est principiante, la monté est mentiante, la bonté est finale, la bonté est cause de majorité, la bonté cause l’égalité, la bonté cause la minorité.

Et ce que nous venons de dire de la bonté, on peut le dire aussi de chaque principe à sa manière.

Sources

Hypostase des Archontes

Gnose et Auto-Gnose

Publicités

7 commentaires pour Art brevis

  1. shesat dit :

    Elégance d’une réflexion contemporaine:

    Douce soirée, comme s’éveillent les soieries des rêves à venir

    J'aime

    • shesat dit :

      Impossible de corriger encore une maladresse: La video voulue est: Mêler, philosophie des sciences, partie 1, Michel Serres, publiée par Michel de Paris. Désolée Sol, efface tout, je sors.

      J'aime

  2. shesat dit :

    La Beauté ou Vénus a pour dessein des êtres qui lui ressemblent, un peu, presque, toujours.
    Ignée, elle est forgée, par delà la finitude de Saturne, dit le Seigneur du Karma.
    En astrologie généthliaque,
    Vénus natale dit où et comment le natif rencontre l’ignition.

    J'aime

  3. Sol dit :

    Sur les traces de Raymond Lulle.

    J'aime

  4. Sol dit :

    Raymond Lulle (1232-1315) pensa et construisit une « machine logique ».

    Les théories, sujets et prédicats théologiques étaient organisés en figures géométriques considérées comme parfaites, par exemple, des cercles, des carrés et des triangles.

    En actionnant des cadrans, des leviers, des manivelles et en faisant tourner une roue, les propositions et les thèses se déplaçaient sur des guides pour se positionner en fonction de la nature positive (vraie) ou négative (fausse) qui leur correspondait.

    D’après Lulle, la machine pouvait démontrer par elle-même la vérité ou la fausseté d’un postulat.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Lulle

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s