Clones et reptiliens

Aliens, planeurs, clones et reptiliens

Gif Animé Plaisir Passion

Le parasitisme extraterrestre ou le syndrome de la possession

Nous n’employons pas tout le potentiel de notre cerveau, nous affirme la science. Nous sommes des créatures imparfaites, tourmentées, aliénées, plongées dans un enfer terrestre, souligne la tradition gnostique. Et si notre aliénation ainsi que la face prédatrice de la nature, son côté fragmenté, divisé (en pôle négatif, positif etc.) étaient provoquées par une cause «extérieure», un parasitisme d’une force stupéfiante ?

Il s’agit d’une thématique fascinante et très mystérieuse qui pourrait incarner un enjeu pour le devenir de l’âme humaine. Il s’agit sans doute du sujet le plus difficile à dépeindre rationnellement.

Pourtant, depuis qu’à Karmapolis, nous avons entamé nos enquêtes sur le phénomène extraterrestre, l’histoire des religions et civilisations et des recherches sur les « anomalies et théories de la conspiration », ce thème du parasitisme et de la manipulation de l’être humain par une entité “externe” (extraterrestre ou interdimensionnelle) nous est revenu à chaque fois en plein visage.

Soyons directs : ce dossier réalisé en symbiose avec l’écrivain et chercheur américain John Lash et son site Metahistory.org se focalise sur l’idée que l’être humain n’est pas “lui-même”, que sa conscience pourrait être parasitée par une entité mystérieuse venue des tréfonds du cosmos.

L’idée d’une emprise “étrangère” ou extraterrestre sur la conscience n’est pas si saugrenue.

Elle est presque aussi ancienne que notre civilisation puisque les premiers mystiques gnostiques en ont fait un thème central de leur cosmologie. On la retrouve de façon répétée dans la thématique des enlèvements extraterrestres, du « Mind Control » (contrôle du comportement et de la pensée) et du Milabs (Military Mind Control and Alien Abduction).

Des civilisations très anciennes et des traditions chamaniques et ésotériques évoquent ce concept clairement dans leurs mythes, légendes et traditions souvent orales avec leur propre bagage terminologique.
Dieu aimant ou esprit malade ?

Selon la tradition gnostique, c’est finalement l’ensemble de notre monde qui serait infecté, déconnecté de sa source créatrice et manipulé par les Archontes ces “Dieux” maudits et sombres, surgis d’une erreur et créateurs de “mondes” perdus.

Lisez par exemple l’Apostasie des Archontes ou encore l’Apocryphon de Jean, un texte du Nag Hammadi qui nous raconte une toute autre histoire sur la genèse de notre monde que celle narrée par la Bible.

Peut-être que c’est l’ensemble même de la création -hommes, animaux, plantes- qui est parasitée et “infectée” par une implantation étrangère. On nous a toujours appris que nous vivions dans un monde de merveilles, dans une nature d’une beauté harmonieuse créée par un Dieu aimant.

Nous savons pourtant que le spectacle offert par l’homme est affligeant. Regardez objectivement la nature, observez ces “superbes lois” naturelles où toutes les créatures animales et végétales vivent aux dépens les unes des autres. On appelle cela “la chaîne alimentaire” à travers laquelle les animaux les plus faibles développent des stratégies multiples fondées sur la concurrence, la peur et la faim pour survivre au carnage des grands prédateurs.

L’ensemble de la création s’articule autour de la prédation et du parasitisme.

Les comportements et les consciences sont investis par la peur et l’instinct de survie. Croyez-vous sincèrement que ce “spectacle extraordinaire” de l’homme et de la nature est le fruit d’un Dieu infiniment aimant comme la tradition judéo-chrétienne veut nous le faire croire ou plutôt généré par un esprit malade, ce que les Gnostiques ont tenté de nous démontrer avec force ?

Ce n’est ni l’homme, ni la terre «mère», ni la «matière» les composant qu’il faut remettre en cause, c’est une «implantation étrangère» qui aurait infecté notre esprit et qui manipulerait la réalité de façon à ce qu’elle devienne un enfer.

Les religions «traditionnelles» comme la religion chrétienne voudraient nous faire porter le fardeau de la culpabilité de cette infection. C’est un renversement des rôles. Une stratégie habile pour nous asservir selon certains auteurs.

Un préalable nécessaire

Dans cet article, nous évoquerons régulièrement le travail de Carlos Castaneda, un anthropologue d’origine sud-américaine qui s’était établi en Californie pour faire sa thèse sur l’usage des plantes dans une communauté indienne (recherches ethno-botaniques) de la frontière américano-mexicaine.

Au fil de ses recherches, il rencontre don Juan Matus, un étrange personnage, shaman, adepte de ce qu’il appelle la«nouvelle sorcellerie» qui va l’initier à une conception radicale et étrange de la réalité et du monde.

Dans le même ordre d’idée, nous évoquerons les connaissances des Gnostiques, des mystiques (non chrétiens !) qui, aux premiers âges de l’ère chrétienne, nous ont légué des textes incroyables dont les « évangiles du Nag Hammadi ».

Pour en savoir plus sur ces mystiques gnostiques, consultez le site en anglais de John Lash.

“Le sujet des sujets”

Un nombre croissant de chercheurs se posent les questions suivante : peut-être avons-nous tort de considérer ces soi-disant mythes de la création du cosmos avec dédain comme des “historiettes” un peu naïves contenant surtout un niveau symbolique ?!

Peut-être devrions-nous réexaminer la mythologie ancienne et les récits oraux des traditions chamaniques comme étant des témoignages de faits historiques et matériels ?!

Certains de ces récits parlent de cette « manipulation » étrangère.

Au fil de nos articles, cette possibilité d’un parasitisme nous a bousculés, taraudés mais nous hésitions à nous consacrer à ce sujet, qualifié de « sujet des sujets » par Carlos Castaneda et par John Lash. Nous étions partagés entre le rejet pur et simple de cette hypothèse et l’envie d’en savoir plus car ce sujet faisait écho à quelque chose de plus profond qui nous habitait et nous habite encore.

Pour mieux résumer cette hésitation à aborder le “sujet des sujets » ou le “cœur du sujet”, reprenons ce que Castaneda affirmait dans son livre -“Le Voyage définitif”.

Le sorcier don Juan lui apprend l’existence de ces parasites et le met en garde contre le genre de réactions que l’on peut attendre d’un être humain lorsqu’on lui parle de la possibilité que son âme est manipulée par une entité abominable: “ils réagiraient en riant et en se moquant de nous, et les plus agressifs s’énerveraient et nous tabasseraient.

Ce n’est pas qu’ils nous croiraient pas ! Il y a au tréfonds de chaque être humain une connaissance ancestrale, viscérale de l’existence des prédateurs… Tout ce que me racontait don Juan me semblait grotesque, absurde, et en même temps me semblait raisonnable, très simple. Toutes les contradictions humaines s’expliquaient… ”.

Un sujet ignoré ?

La première fois que l’on entend parler de l’existence de ces prédateurs (en lisant Castaneda par exemple) s’opère un choc ontologique, une prise de conscience brutale qui mène à une angoisse insondable. On réagit ensuite par instinct de défense et c’est le rejet total, une sorte de mépris et notre partie cynique nous distille l’idée que l’on a été stupide de s’être fait une telle peur avec de telles “inepties” sorties de la tête d’un sorcier “ givré ” dont “ on ne nous a même pas prouvé l’existence ».

Ensuite, on s’aperçoit que ce thème est récurrent, qu’il est abordé ailleurs dans d’autres recherches, par d’autres auteurs. Il y a les textes gnostiques bien sûr. Il y a aussi certains témoignages.

Il y a également les traditions des shamans de différentes régions du monde qui en parlent chacune à leur manière.

Peut-être que les mystiques musulmans qui mettent en lumière les comportements des Djinns, de ces entités “démoniaques” inorganiques, ces succubes qui infiltrent et rôdent sur le côté gauche de notre corps sont de même nature que ces “planeurs” ou Flyers comme les nomme le sorcier don Juan de Castaneda.

Il y a aussi cette interview que nous avait accordée Nigel Kerner dans laquelle il nous expliquait d’où pourrait provenir notre propre esprit violent, prédateur, mesquin, avide et calculateur : il s’agirait d’un héritage qui doit remonter à l’ère Cro Magnon au moment de ce qu’il appelle les “premières interceptions génétiques” dont nos ancêtres furent les victimes. Mais nous y reviendrons plus loin.

L’existence d’entités parasitaires est donc dénoncée tant dans des textes religieux très anciens que dans des recherches, livres et études contemporaines mais ces informations ne sont pas très « médiatisées », c’est le moins qu’on puisse dire.

Ne sachant donc comment aborder le problème avec un minimum de sérieux et de légitimité, nous avons eu la chance de rencontrer John Lash, écrivain et chercheur, créateur du site métahistory.org, membre de la fondation « Marion Institute », homme d’érudition, infatigable explorateur des textes gnostiques qui a eu l’idée géniale de mettre en parallèle le savoir gnostique avec les traditions et les connaissances chamaniques.

D’ailleurs, pour lui, les Gnostiques, ces authentiques mystiques qui seraient les plus proches de ce qu’aurait du être la mystique « chrétienne » originale (avant qu’elle ne soit prise en main par les disciples et l’église) sont en réalité des shamans, de vrais shamans du Moyen-Orient comme le seraient les ayahuasceros brésiliens, les adeptes bitwis africains de l’Iboga et les shamans sibériens d’aujourd’hui.

John a éprouvé lui aussi avec force et depuis bien plus longtemps que nous cette intuition selon laquelle il convenait de mettre en relation les entités parasitaires décrites par exemple par Carlos Castaneda et son ami shaman don Juan et les Archontes, ces «démons» créateurs et “mangeurs” de mondes en perdition, nés d’une erreur, extirpés de l’ombre et du néant et dénoncés par les Evangiles Gnostiques.

En poussant les recherches plus loin, nous pouvons donc mettre en parallèle ces “flyers” de Castaneda avec les Archontes et d’autres entités reptiliennes tantôt éthériques, tantôt de chair et de sang qui sont décrites dans l’abondante littérature relative aux abductions mais aussi aux abus rituels et sataniques et au désordre de personnalités multiples (MPD).

John Lash et son site Metahistory. Org et nous-mêmes à Karmapolis avons décidé d’unir nos ressources pour donner corps à cette hypothèse selon laquelle l’âme humaine serait réellement parasitée et manipulée par une puissance mystérieuse qui se révélerait à la fois notre malédiction mais peut-être aussi une force.

Gif Animé Plaisir Passion

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Développement personnel, Développement spirituel, Observation de soi, Sentiers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Clones et reptiliens

  1. Sol dit :

    La gnose de Valentin, la gnose d’Amour, la gnose des Cathares, etc… Toutes ces gnoses sont autant d’échevauds de lumière guidant l’humain dans les méandres de l’Histoire. Les Gnostiques étaient les « avant-gardistes » de la Gnose du futur : celle des Wingmakers…!
    La Vérité n’a pas d’âge car elle est hors du temps.

    Quelques documents intéressants :

    • La Gnose de Valentin
    • La Gnose d’Amour
    • Dossier sur Déodat Roché et l’Eglise Gnostique (lien vers doc pdf)
    • Dossier sur le Consolamentum (lien vers doc pdf)

    Philip K. Dick cet écrivain visionnaire génial, auteur de « la vérité avant-dernière », était sans nul doute un initié gnostique, et un médium.

    « Les Dix Principes Majeurs de la Révélation Gnostique

    D’après Exegesis de Philip K. Dick, traduction française par Spartakus FreeMann, Nadir de Libertalia, mai 2004 e.v.

    Les chrétiens gnostiques du second siècle croyaient que seule une révélation spéciale de la connaissance plutôt que la foi pouvait sauver un individu. Le contenu de cette révélation ne pouvait être reçu empiriquement ou n’être dérivé a priori. Ils considéraient cette Gnose spécifique comme étant de tant d’importance qu’elle devait rester secrète. Voici les 10 principes majeurs de la révélation gnostique :

    1. Le créateur de ce monde est un dément.
    2. Le monde n’est pas comme il apparaît, afin de cacher le mal qui est en lui, un voile l’obscurcit ainsi que la divinité démente.

    3. Il y a un autre, un meilleur royaume de Dieu, et tous nos efforts doivent être dirigés vers un retour vers lui et vers son accomplissement ici-bas.

    4. Nos vies véritables remontent à des milliers d’années d’ici, et nous pouvons être amenés à nous souvenir de nos origines au sein des étoiles.

    5. Chacun d’entre nous a une part divine qui n’a pas chuté et qui peut être atteinte afin de nous éveiller. Cette autre personnalité est l’authentique moi éveillé ; la personnalité présente est endormie et sans importance. Nous sommes en fait endormis, et entre les mains d’un dangereux magicien déguise en bon dieu, la divinité créatrice démente. La désolation, le mal et la douleur en ce monde, le fait qu’il est une prison déterministe contrôlée par une divinité créatrice démente nous fait nous séparer du principe de la réalité très tôt dans notre vie, et si l’on peu dire de tomber dans le sommeil de l’illusion.

    6. Nous pouvons passer du monde de la prison des illusions dans le royaume de paix si le Vrai Dieu Bon nous place sous sa Grâce et nous permet de voir la réalité au travers de ses yeux.

    7. Le Christ a donné, plutôt que de recevoir, une révélation ; il enseigna à ses disciples comment entrer dans le royaume pendant cette vie, alors que les autres religions à mystères n’apportent que l’anamnèse : une connaissance de cela en d’autres temps dans un autre royaume, pas ici. Il le fait advenir ici, et il est l’agent vivant de l’Unique Dieu Bon (Logos).

    8. Probablement que la véritable et secrète église chrétienne existe toujours, depuis longtemps souterraine, avec le Corpus Christi à sa tête ou en tant que dirigeant, ses membres étant absorbés en elle. En participant à cette Eglise, ses membres ont probablement des pouvoirs magiques très étendus.

    9. Les divisions en « deux temps » (le bien et le mal) et en « deux royaumes » (du bien et du mal) prendra soudainement fin avec la victoire du bien ici alors que le royaume invisible aujourd’hui se rendra visible. Nous ne pouvons connaître le moment où cela arrivera.

    10. Pendant ce temps, nous sommes sur le Pont du Passage, jugés selon la puissance à qui nous avons porté allégeance, au démiurge créateur fou de ce monde ou à l’Unique Dieu Bon et à son Royaume, que nous connaissons au travers du Christ.

    Connaître ces dix principes de la Gnose chrétienne c’est courir au désastre. »
    http://www.paganguild.org/aubeseptiemelune/gnose/principes-revelation.htm

    … de la matrice.
    Tout ceci semble farfelu, sortie tout droit d’un mythe, et pourtant….

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s