L’animal intellectuel

Par définition l’humain se distingue de l’animal par le fait indéniable que l’animal n’est pas conscient de sa divinité.

Un athée est un animal intellectuel, doté d’une conscience endormie du divin   si bien que l’exercice sa divinité lui est voilé,excepté peut-être lorsqu’il se fait piéger par son humanisme.

Le point principal est de comprendre

Un athée n’est qu’un animal intellectuel évoluant entre 12288 et 1536 unités de conscience.

Un athée peut toutefois évoluer entre 12288 et 96 unités de conscience dès qu’il est piégé par son humanisme, sa compassion.

Comprendre cela est aussi simple que respirer

Cette compréhension va, vient et arrive comme la connaissance de l’air qui entre et sort des poumons, tandis qu’est laissé au coeur le compte des respirations.

Tout est dans la forme.

Tout est dans les formes.

Contacter la reconnaissance à chaque instant de sa vie constitue une voie abrupte.

Le cycle vient de ce qui ne peut s’accumuler comme respirer, boire, manger, regarder et cela concerne l’être.

Ce qui peut s’accumuler possède un début et une fin ce qui concerne l’avoir.

Or l’un demande des preuves sur  des faits qui se déroulent sous tes yeux….

Une demande de preuve correspond à la note Ré# ou Mib et à 3072 unités de conscience à peu près comme ce qui suit :

Polémiquer n’est pas une priorité pour cet échange.
Partager relève de l’exercice de sa divinité

Qu’on  le veuille ou non Voir et Avoir sont dans les mêmes relations que Théisme et Athéisme  ne serait-ce qu’au niveau des onde que formule la vibration spirituelle
donnée à entendre avec tout auto-questionnement.

Comme d’habitude, une brillante culture ne remplace pas la moindre expérience, bien au contraire elle a le pouvoir de l’empêcher si bien que le sujet ne se rend pas compte qu’il est
seul responsable de ce qu’il comprend selon l’unité de conscience atteinte lors de ses auto-questionnements.

L’athée n’est généralement pas assez fort pour supporter le poids de la vérité si bien qu’il se dissout dans le temps à sa recherche or celle-ci lui parvient à chaque instant sous le masque de la beauté, cet utilitaire du coeur.

Polémiquer génère trop d’émotions négatives que la beauté peine à transformer car le jeu social de la polémique n’a aucun lieu d’être dans un monde de l’authenticité et de sa quête.

L’athée ou bien le croyant, chacun joue à être authentique sitôt qu’il oublie que l’athéisme signifie être sans conscience du divin.

par exemple:
le mot Avoir est constitué d’un a privatif qui indique l’absence de voir.
de même :
le mot Athée est constitué d’un a privatif qui indique l’absence de Théos (Dieu).

Sans commune mesure chacun s’engage dans une démesure sans espoir de retour à une mesure commune ouvrant à la compréhension des mondes du lointain et des mondes du prochain.

L’animal intellectuel ne s’ouvre pas à la compréhension des mondes du lointain ni à celle des mondes du prochain.

Bien à toi, à chacun et à tous

Belle suite, sans fuite et souriante journée

Merci beaucoup

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’animal intellectuel

  1. Sol dit :

    Cher Solasido,

    L’intuition est ce qui échappe le plus souvent à l’art d’échanger

    C’est très difficile, néanmoins on ne peut que penser que votre intuition sur ce point est vraie, même très vraie. Mais avec le recueillement en religion qui a pour origine l’attendrissement du cœur, sa soumission et sa brûlure dans l’amour, on peut enfin échanger avec respect mutuel même avec une personnalité limitée. Il n’y a pas d’autres alternatives pour que l’intérieur puisse s’illuminer et s’orner des connaissances universelles réelles et les partager avec amour avec tous les humains quelles que soient leurs races ou leurs croyances. Pour parvenir a cela il nous faut nous relier a ceux qui offrent tout simplement gratuitement leur ferveur communicative nous exhortant en l’abandon de nous-mêmes et de nos passions pour cette force d’Amour supérieure. Dans mon cas, je pense aux soufis…

    Si Mansour

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s