Mahomet, le beau modèle

Sahih Bukhari Volume 8, Livre 73, Numéro 151

Hadith 114 dans le Sahîh de Muslim: Aïcha a dit :

« J’avais six ans lorsque le Prophète m’épousa, neuf ans lorsqu’il eut effectivement des relations conjugales avec moi ».

Puis elle relatait: « … Ma mère, ‘Umm Rûmân, vint me trouver tandis que j’étais sur une balançoire, ..elles .. se mirent à me parer. J’avais à peine fini, que l’Envoyé d’Allah entra, lorsqu’il était encore le matin. Alors on me remit entre ses mains. »

Sahih Bukhari Volume 8, Livre 73, Numéro 151 ‘Aisha a rapporté:

J’avais l’habitude de jouer avec les poupées en présence du prophète, et mes amies filles jouaient aussi avec moi. Quand l’Apôtre d’Allah entrait (l’endroit ou je vivais) elles avaient l’habitude de se cacher, mais le Prophète les appelait pour qu’elles se joignent et jouent avec moi.

Le jeu avec des poupées et des représentations similaires est interdit, mais il était autorisé pour ‘Aisha à ce moment, parce qu’elle n’était qu’une petite fille, n’ayant pas encore atteint l’âge de la puberté

Sahih Muslim 8:3311: Aicha (qu’Allah soit satisfait d’elle) a rapporté que

l’apôtre d’Allah (que la paix soit sur lui) l’a épousée quand elle avait sept ans, et elle a été conduite à sa maison comme une épouse quand elle avait neuf ans, et ses poupées étaient avec elle, et quand il (le Prophète) est mort, elle avait dix-huit ans.

Sahih Bukhari Volume 7, Livre 62, Numéro 64
Sahih Bukhari Volume 7, Livre 62, Numéro 65: elle avait six ans et il a consommé son mariage quand elle avait neuf ans
Sahih Bukhari 5:58:234
Abu Dawud 2:2116
Sahih Bukhari 5:58:236: Aïcha était une fillette de six ans; elle était âgée de neuf ans quand il a consommé le mariage
Sahih Bukhari 7:62:88
Abu Dawud 41:4915

A suivre..

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mahomet, le beau modèle

  1. Sol dit :

    « Mahomet » était un assassin d’après les hadith

    Mahomet a égorgé lui même entre 700 et 800 membres de la tribu des banu Koreidha

    MAHOMET & les JUIFS : le Massacre de la Tribu des Banu Qurayzah (Anne-Marie Delcambre)

    Prof. Anne-Marie Delcambre. Tous les mâles de la tribu juive des Banu Qurayzah (plus de six cents) et une de leurs épouses furent mis à mort par Mahomet. Le reste des femmes et les enfants furent réduits en esclavage.

    Ibn Ishaq rapporte en page 464 :
    Puis on les fit descendre. L’Envoyé de Dieu les a enfermés dans le quartier de Bint al-Hârith à al-Madînah ; Bint al-Hârith est une femme de Banû al-Najjar. Puis l’Envoyé d’Allâh alla au marché d’al-Madînah qui est encore aujourd’hui son marché, et a fait creuser des fossés. Il les fit venir, et les fit décapiter dans ces fossés, on les fit venir à lui par groupes. Parmi eux se trouvèrent l’ennemi de Dieu Huyayy Ibn ‘Akhtab, et Ka’b b. ‘Asad leur chef. Ils étaient au nombre de six cents, ou de sept cents ; celui qui multiplie leur nombre dit qu’ils étaient entre huit cents et neuf cents. Pendant qu’on les amenait à l’Envoyé d’Allâh par groupes, ils dirent à Ka’b b. Asad : « Ô Ka’b ! Qu’est-ce qu’on fera de nous ? ». Il répondit : « Est-ce que vous êtes incapables de réfléchir ? Ne voyez-vous pas que le crieur ne cesse pas de crier, et que celui d’entre nous qu’on envoie ne retourne pas ? C’est bien sûr le massacre. » Cela continua jusqu’à ce que l’Envoyé d’Allâh en finît avec eux.

    Tous les hommes (600 à 800) furent décapités. Les femmes et les enfants furent réduits à l’esclavage. Pour se rendre compte de la manière dont ils différenciaient un enfant (à asservir) d’un homme (à tuer), le hadith d’Abu Dawood 38.4390 explique :

    Raconté par Atiyyah al-Qurazi : « J’étais parmi les captifs de Banu Qurayzah. Ils (les Disciples) nous ont examinés, et ceux dont les poils (pubiens) avaient commencé à pousser furent tués, et ceux qui n’en avaient pas ne furent pas tués. J’étais parmi ceux dont les poils n’avaient pas poussé. »

    Les propriétés de la tribu furent prises en butin. Ibn Ishaq écrit à la page 466 :

    Puis l’Envoyé de Dieu fit le partage des biens des Banû Qurayzah, de leurs femmes et de leurs enfants entre les musulmans. En ce jour, il indiqua les parts pour les cavaliers et les parts pour ceux qui combattirent à pied. Il en déduit le cinquième. Donc, le cavalier avait trois parts : deux pour le cheval et une pour son cavalier ; le combattant à pied, c’est-à-dire celui qui n’avait pas un cheval, avait une seule part. Les chevaux dans la bataille contre Banû Qurayzah étaient au nombre de 36. Ce fut le premier butin où on fit le partage en parts, et où on déduit le cinquième. C’est d’après cette règle et ce qu’a fait l’Envoyé d’Allah que se faisait désormais le partage du butin dans les campagnes.

    Les femmes et les enfants furent répartis parmi les musulmans. Selon une « coutume » de l’époque, cautionnée par le verset 4.24 du Coran, les prisonnières pouvaient devenir des esclaves sexuelles. Mahomet prit également sa part. Ibn Ishaq écrit à la page 466 :

    L’Apôtre choisit une des femmes pour lui-même, Rayhana bint Amir ibn Khunafa, une des femmes des Banu Amir ibn Qurayza, et elle resta avec lui jusqu’à ce qu’elle meure, sous sa domination. L’Apôtre lui proposa le mariage et de mettre un voile sur elle, mais elle dit : « Non, laisse-moi en ton pouvoir, parce que cela sera plus simple pour toi et pour moi. » Alors, il la laissa dans cette situation. Elle avait montré de la répugnance envers l’Islam quand elle avait été capturée et restait attachée au judaïsme. L’Apôtre la mit donc de côté et ressentait de la peine. Il était avec ses disciples quand il entendit un son de sandales derrière lui et il dit : « C’est Thalaba ibn Saya qui vient me donner la bonne nouvelle de la conversion de Rayhana à l’Islam, et il alla vérifier le fait. Cela lui procura du plaisir.

    Mahomet, un être guidé par la haine

    Dernières paroles de « Mahomet » dans son lit : Sunna, Hadith Sahih Boukhari, Volume 1, Book 8, Number 427 Aisha et ‘Abdullah bin ‘Abbas rapportent qu’aux derniers moments de sa vie, l’Apôtre d’Allah couvrit son visage de sa ‘khamisa’, puis quand il eut chaud et manqua d’air, il l’ota de son visage et dit : « Qu’Allah maudisse les juifs et les chrétiens ; ils ont construit des lieux de prière sur la tombe de leurs Prophètes. »

    Arlito

    J'aime

  2. Sol dit :

    La mort de Mahomet

    Durant sa maladie de laquelle il est mort, le Prophète disait souvent, « O Aïcha! je sens encore la douleur causée par la nourriture que j’ai mangée à Khaybar, et en ce moment, je sens comme si mon aorte est en train d’être coupée à cause de ce poison. »

    J'aime

  3. Sol dit :

    Les effets pervers du beau modèle dans les pays musulmans :

    Interdire le mariage des fillettes à partir de 8 ans est une violation de la charia

    Ces musulmans d’Occident ne connaissent pas leur propre religion.

    Protégés par nos lois républicaines, ils semblent ignorer ou refusent d’admettre que dans les pays musulmans, régis par la charia, les religieux au pouvoir ou proches du pouvoir par leur influence, multiplient les fatwas autorisant le mariage des fillettes, qu’ils justifient, contrairement à nos lecteurs, par l’exemple du prophète, en se référant au hadith authentique de Bukhari évoquant le mariage de leur prophète avec Aïcha, une enfant de 6 ans, qui fut consommé dès qu’elle eut ses premières règles, à l’âge de 9 ans.

    Arabie Saoudite :

    Le Grand Mufti réaffirme que les filles sont mûres pour le mariage à 10 ans.( Source : Girls ready for marriage at 12 – Saudi Grand Mufti, Arabian Business, April 24, 2012).

    Dr Ahmed Al-Mub’i, officiant saoudien de mariage : «Le prophète Mahomet, dont nous suivons le modèle, a épousé Aïcha, quand elle avait six ans et a eu des rapports sexuels avec elle quand elle avait neuf ans » « Il est permis d’épouser une fillette d’un an, si les relations sexuelles sont reportées » déclare le Dr Ahmed Al-Mub’i et de citer l’exemple de Mahomet.

    Iran :

    Augmentation dramatique des mariages de fillettes de moins de 10 ans.

    Mahomet, le modèle parfait, a épousé Aïcha, alors qu’elle avait six ans et il a consommé son mariage quand elle en a eu neuf. Selon la loi iranienne, les petites filles deviennent des femmes à l’âge de neuf ans. L’État organise des cérémonies pour marquer leur entrée dans « l’âge des devoirs».

    Le député fondamentaliste Mohammad Ali Asfenani a affirmé que l’Iran avait une obligation religieuse de reconnaître la légalité du mariage des fillettes dès l’âge de neuf ans. «Puisque certaines personnes ne respectent pas nos lois actuelles, nous devons considérer qu’une fillette a atteint la puberté à l’âge de neuf ans et remplit les conditions pour se marier», a déclaré M. Asfenani, président de la commission parlementaire juridique et judiciaire, à Khabaar Online.

    .J’ai parlé de choses légères et fines jusque-là, »l’amour de la pédophilie chez le beau modèle qu’il faut imiter », maintenant, passons aux choses sérieuses, il n’y a pas que l’amour dans la vie , il y aussi le meurtre au nom « d’Allâh », je ne vous cache pas que cela va commencer à se gâter !.

    Arlito

    J'aime

  4. Sol dit :

    Experts de l’islam, Robert Spencer, titulaire d’un Master en sciences des religions de l’Université de Caroline du Nord, il a été nommément cité par Al-Qaeda comme étant une menace pour les fondamentalistes musulmans.

    Tout d’abord l’idée d’Aïsha ne sachant pas son âge est ridicule: Ils savaient les saisons, ce qu’est un an. Je le remercie d’avouer aussi clairement, contrairement à bien d’autres, qu’elle avait bien 9 ans quand le mariage a été consomme par Mahomet qui en avait alors 54. Mais il est malhonnête au sujet d’Aïsha elle même. Le coran lui même, au chap. 65 verset 4, parle de divorcer de filles encore pré-pubères, donc de toute évidence il prévoit bien le mariage des filles pré-pubères.

    Et le fait que Mahomet ait consomme ce mariage avec Aïsha quand elle avait 9 ans est important pour nous parce que la conduite de Mahomet est considérée comme l’exemple à suivre par tous les musulmans, à l’époque comme aujourd’hui. Donc lorsque l’ayatolah Komeini a pris le pouvoir en Iran, l’un de ses premiers gestes fût de baisser l’âge légal de mariage des filles à 9 ans et j’ai ici une fatwa, qui n’a que quelques semaines (24 déc.), de « islam.online » qui est le 6ème site islamique le plus populaire d’internet, qui demande s’il est acceptable de restreindre l’âge pour se marier des jeunes filles. Et leur réponse cite ce même verset du coran et dit qu’il est permis d’avoir des relation avec des filles pré-pubères.

    Donc ce n’est pas à moi qu’il doit le reprocher mais à « islam.online »… Mais ils n’ont pas l’air de le gêner… La fatwa précise aussi qu’Aïsha fut mariée à l’âge de 6 ans, qu’il a eu des relations avec elle quand elle en avait 9.

    C’est donc une chose enseignée aux musulmans, de nos jours, comme « normale »: Ils peuvent marier une enfant parce que Mahomet l’a fait et que le coran approuve. C’est ce qui est immonde là dedans. Et Mr Zahid devrait avoir la décence, en rapport avec sa morale et son dieu, de reconnaître que c’est abominable et de rejeter l’exemple de Mahomet sur ce plan au lieu de répéter des mensonges sur Aïsha, Mahomet, et le caractère d’exemple donné à ce mariage d’enfant chez tous les musulmans du monde, aujourd’hui encore.

    Arlito

    J'aime

  5. Sol dit :

    Allah est-il un dieu arabe, particulier aux musulmans ?

    Allah est très différent du Dieu de la Bible, d’autant plus qu’il contredit totalement son message et ses affirmations concernant Jésus Christ et ce que celui-ci représente par rapport à Dieu.

    Un chrétien doit considérer Allah comme un dieu arabe, particulier aux musulmans !.

    C’est comme Mercure, qui était particulier aux Romains, ou Zeus, qui l’était pour les Grecs. La seule différence est que les musulmans n’adorent que Allah, tandis que les Romains et les Grecs rendaient un culte non seulement à Mercure ou à Zeus mais également à d’autres choses.

    « (…) « Allah » vient, étymologiquement, du polythéisme (Allah serait un dérivé du babylonien « Ilu » [devenant ilaha] attribué à la triade de Ea, Enlil et Sin qui se retrouvent sous un autre pardère dans la tradition cultuelle arabique). (…) »

    Vraiment, le dieu de l’Islam « Allâh » n’est pas le même Dieu que celui de la Bible et n’a vraiment rien à voir avec le Vrai et Unique Dieu (YHWH), le Dieu des vrais Prophètes.

    « Mahomet » savait très bien que son dieu « Allâh, le seigneur de la Kaaba préislamique » n’était pas le vrai Dieu, celui des Juifs et des Chrétiens et c’est pourquoi il a dit :

    Le Coran, Al-Maidah 51. Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.

    Ceci est la preuve que « Allâh » n’est pas le même dieu que celui des Juifs et des Chrétiens. « Mahomet » s’est vendu et grillé, tout seul..

    Arlito

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s