Emerveille

N. C. Wyeth « You Shall Have Homes » 1928

Seule avec Toi, il n’y a pas de solitude
Je suis à Toi, et Tu es à moi
C’est ainsi, Mon Ami, Tel est mon Roi
J’attends muette, l’Étreinte, fleur de l’hébétude
La seconde éternelle des pétales épanouis
Éclosion dans la fragilité du perpétuel émoi
Je peux marcher pour LUI toute une nuit
Plus encore, sans perdre le Souffle, une vie entière
Même, si je m’essouffle, l’Empreinte Vivace est une Joie
Je Le cherche dans le prétexte des Trouvailles Immortelles
C’est un Secret Divin, L’Oraison d’une Grâce, légèreté de l’Air
Sillon tracé par des bras levés, corps ployé devant un Autel
Effusion de la Quête, saveur des Amants, ici et maintenant
Merveille de la Plongée, et merveille de la Remontée
Merveille de l’absence et merveille de la Présence
Merveille d’une goutte, perle de l’Océan immense
Merveille de la Beauté, en ce moment Contemplé.

Naïla

Publicités

A propos Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Emerveille

  1. Sol dit :

    Élan vital

    Une grande partie de l’existence revient à la question de savoir si la personne va être capable de réaliser ses rêves ou ne survivra en fin de compte que grâce à des compromis.

    Tom ROBBINS

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s