Mon Roi

Peinture de Mahmoud Farshchian

Au cours du périple, que d’apprentissages
Le pèlerin est surpris, qui le fait avancer ainsi?
La route est un tapis nivelé, réunissant tous les âges
Un bâton, une étoile sont les compagnons d’une vie
Voici ce qu’il a acquis: chacun cherche son opinion
Quant à lui, la mort est l’entièreté de sa vision

Entends le murmure que rapporte la Montagne
Au sommet, les nues jouent et lui rappellent l’Éternel
Des ailes effleurent les cimes, beauté immaculée du ciel
Ô douceur de s’unir au Souffle qui l’empoigne

Entends le murmure d’une dame devenue guerrière
L’enfant dans ses bras est l’âme secrète du berceau
De larmes et de sang est faite cette route de poussière
Chaque pas est un pétale, rubis ou émeraude du Pur Joyau
Chaque pas est floraison des ondes d’une marche amoureuse
Le Bleuté des vagues, le fleuve des mondes multiples,
La dame tient un tison de feu, bravant les passions dangereuses
Là-haut, un couloir exigu chasse les faux disciples
L’air est si pur, un autre que LUI ne peut entrer
La pleine Conscience est à ce prix, souviens-toi, tu as dit: »Oui »
Le souvenir est le Livre que l’on a oublié, puis retrouvé
Peu importe ce monde, ombre, pâleur de la nuit
La dame marche et n’a plus peur de rien
Chaque pas, depuis ce monde devient la preuve du lien

Entends le murmure du chant Suprême,
Parle de ce qui emplit le Vase de Cristal
L’Effusion d’une image devenue Orient primordial
Où que je tourne mon visage, je vois La Majesté que j’aime
Pour Toi me sacrifie, pour Toi je vis
Mon Roi.

Entends le doux bruissement des ailes
Lumière de Révérence,
Vois-tu comme ils sont les voyageurs conscients
Dans la fluidité des courants, ils sont le vent patient
Ils annoncent ainsi la Bonne Nouvelle
Ils tremblent des vertiges de la Puissance
Leur Fidélité est Beauté fusionnelle
Leur sincérité est un Arc-en-Ciel
Le velours de leur Amour est Toi
Les caresses du sublime retour
L’espoir de l’ultime Jour
Mon Roi.

Naïla

Publicités

A propos Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s