Première Larme

Peinture de Freydoon Rassouli

Je suis née en cette larme, extraite d’une première Nuée
Je suis née dans le fleuve du retour, m’y suis abandonnée
L’Origine est mouvement du souvenir, un flot amoureux
Des tourbillons de vagues, d’écumes, force parfois incontrôlée
Déchaînement d’éléments dans la douceur d’un grand feu
Puissance et Majesté, Exaltation et Bonheur, L’apothéose Aimée
Les flux sont la vie que je goûte dans le Jardin de l’invitation
Des coupes coulent à profusion dans l’abondance généreuse
Encens parfument les pas que foule l’Amante en cette Vison
Chaque toucher en ce monde est une Contemplation heureuse
Des tapis déployés pour les convives, des mets délicats et raffinés
Ce dont on se prive ici, sont des rivières de diamants dans cet Ailleurs
Le Roi m’apprend à entrer dans Son Noble Palais, et timide, j’y vais
La petite fille est émerveillée de tant de Beauté, de grâce, d’honneur
Ceci est donc vrai, ceci est donc vrai, Ô mon Bien-aimé, Ô Bonté
Quand je ferme les yeux à cet ici, Ton monde est la Seule Réalité
Tu as essuyé les larmes amères et dans l’Union, voici la Douce Eau
L’Isthme, une vie pour parvenir à cette rive, Mon Seigneur
Je n’ai pas tendu en vain les mains, Tes mains sont là-haut
Étrangeté de l’Appel qui est Ton Appel, Ceci est Ta Grandeur.

Naïla

Publicités

A propos Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Première Larme

  1. Sol dit :

    Les oiseaux-larmes

    Les larmes sont une sorte d’oiseaux
    qui habitent le coeurs des êtres.
    Quelquefois, elles apparaissent en bande:
    Souvent, ce n’est qu’une seule qui prend
    son envolée pour se poser sur le bord d’une paupière.

    En s’envolant de nous,
    ces oiseaux-larmes entraînent comme des pierres
    sous leurs ailes de la douleur qui rend le coeur si lourd à porter.
    Mais pour ce rendre jusqu’aux yeux,
    d’où ils s’échappent, ils doivent lutter
    contre les vents de l’indifférence de l’orgueil;
    ceux-là qui, quelquefois attrapent les oiseaux
    dans un grand filet, les gardent prisonniers
    en une boule au centre de la gorge.

    Ne capturons jamais d’oiseaux-larmes,
    ce sont des messagers du monde de notre coeur.
    Ils ont quelque chose à dire, à montrer aux autres.
    Les oiseaux-larmes chantent la beauté de notre être.

    Lorsqu’une larme jaillit des yeux d’un être pour se
    laisser glisser sur la joue, cueillez-la d’un baiser…
    Elle donnera à vos lèvres des paroles d’amour.

    Auteur inconnu

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s