Brodeur de Vie

Peinture de Freydoon Rassouli

Ô Brodeur de vie, Tu y as mis tant de couleurs
Tu ouvres un Livre dans lequel je Bois Ta Présence
Elle irrigue chaque infime de mon corps et de mon esprit
Ô Brodeur de vie, je vois Ta grande Clémence
Dans la plus pure des soies, coule une savoureuse liqueur
Ô brodeur de vie, Le Calame est L’Ami de mon cœur
Il est une danse Suave qui tournoie entre mes doigts
J’y colle mes lèvres amoureuses, mon cœur frémit de Toi
A Tes pieds, je me suis accrochée, ce Discours n’est pas moi
Par la broderie, je vois Le Brodeur, et chaque fil est Réel
Mes mains sont celles que je trouve dans Le Ciel du Roi
Ô Mains Bénies, je dépose là, sous le piédestal, le seul Présent
Celui que Tu m’offres depuis l’Origine de La Rencontre Suprême
J’étais une infidèle, et Tu as Fait de moi la Quête de Ton Chant
Comme est Grande Ta Bonté, de m’inonder de Ton Amour extrême
Il est la vague et encore la vague où je me laisse bercer, où j’aime me noyer
Nul ne peut éteindre ce feu hormis Toi, et l’attiser ainsi, pour que je Te vois
Ô Brodeur de vie, le Nectar de Ta majesté est l’Immanente Beauté
Tu as fait de moi un Corps entier, et par chaque sens, il est aussi une Voie
L’encre de cette plume est l’océan intense, une perle pointe à son Apogée
Ceci puisé dans le réservoir illimité où chacun peut Te rencontrer
Ô Brodeur de vie, Celui qui tient un fil, tient La Main du Brodeur
Cette insensée désire Te toucher, chaque extase est L’étreinte du Désiré
Toi et moi, unis en un geste dont le Fil rend compte de la profondeur
Désiré et Désirant se cherchent en cette histoire de la Conscience Éveillée.

Naïla

Publicités

A propos Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Brodeur de Vie

  1. Sol dit :

    Brodeur, douce heure,
    au grand air grisé,
    des fenêtres du large
    en excès de grandeur,
    juste, sourire, inflexible,
    dans le vrai, le préférable,
    lui, reste le semblable, le nécessaire,
    le souhaitable, le salutaire,
    tant que nul n’a besoin de vérité
    pour établir ce qu’il préfère broder

    Merci beaucoup

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s