Compagnon

Là où je bois, est une fontaine de larmes
Ces débris accroissent les reflets qui me parlent de Toi
Ces perles gisent à mes pieds, sont tout mon éclat
Morcellements que je dois ramasser pour retrouver cette âme
Car l’Origine est fragments unifiés dans les plis d’un Livre révélé
Enfiler les larmes, puis les jeter dans l’Océan de la Beauté
Qu’elles regagnent Celui qu’elles n’ont jamais quitté
Car la rive est La Présence de La Proximité
Celui qui atteint cette Terre ne revient plus jamais
Les pleurs sont le goût de la Rencontre, le sel d’une Ombre
La promesse douce d’une Lumière, Souvenir de l’attente
Ô fleuve qui a tant désiré durant ta course ondoyante
Rejoindre la mer après les soupirs sans nombre
L’eau apaise les flux du cœur, et je sais aujourd’hui
Que les vagues sont encore le baume de ma nuit
Et je sais que la merveille est de Le voir ici, aussi
En une joie souveraine que la preuve de Lui, c’est LUI
Tenir le fil tendu, est le Bonheur, point d’illusion
La solitude est le seul prix, pour gagner le Compagnon.

Océan

Publicités

A propos Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s