Echo

Fluidité d’un souffle dans le chant cristallin
Rive sans fin dans la douceur de l’Orient
Je n’ai plus de chair, je suis sans corps, suis-je le vent
Suis-je encore dans cette flamme sans fin
Suis-je encore, qu’as-tu fait de moi
L’écho perpétuel, l’Echo troublant de Ta voix
Est le son qui palpite, onde jusqu’à Tes pieds
Onde qui revient et me fait sans cesse agréé
Dans le désert, sifflement léger: je Te vois
Dans les plaines, au sommet des monts, je suis
Onde qui revient et me surprend cette fois
Puis encore, le son résonne et s’amplifie
Mes bras sont l’Éloge du Roi, brûlante
Encore je reviens vers Toi, tremblante
M’évanouir dans le Souvenir
Pour que l’Unique se souvienne de moi
Nulle crainte mon dernier soupir
Encore, le Seul pour Toi.

Naïla

Publicités

A propos Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s