Intense Cité

Une Lune apparut dans le ciel de ses paupières
Éternité en un voyage qui échappe à la mesure
Depuis cette Apparition, le Destin reste un entier Mystère
La nuit est une Voûte qui offre un chemin sûr
Perplexité et errance magnifiées en ce sentier
Alternance du jour et de la nuit, proximité et altérité
Quand l’Image scintille, s’efface toute autre vision
Tout est Vrai, seul le Regard s’extrait de l’imperfection
Mourir ici dans ce pur contentement
Le voir en chaque Lune, les voiles de la Création
Soupirer dans le silence ne jamais se lasser du présent
Embrasser la profondeur, s’épancher en une exaltation
De l’Autre côté, nul ne revient, plonge encore plus loin
Nuée Seigneuriale dont se souvient l’Âme
S’y baigne, s’y consume, trouve le ravissement sans fin
Bassin dont l’eau inaltérée étreint le cœur en flamme
Le voir en chaque Soleil, se répandre en offrande
L’entendre en chaque Bruissement, saisir la douceur
Fondue dans l’écho, nostalgie et langueur sont grandes
L’esprit chevauchant le noble destrier n’atténue pas son ardeur
Cherche du bout de son épée les rubis du jardin Secret
Prétexte dans cette multiplicité, en pare son bouclier.

Naïla

Publicités

A propos Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s