Orchidée

Exaltation sur les ailes du temps, lorsque de sa Grâce
L’oiseau prend son envol en traversant les plaines
Il touche en une délicate attention les rives sereines
Au passage effleure l’Orchidée, parfum tenace
Son cœur bat au rythme de l’Inconnu, Mystère inégalé
Quand chaque pétale devient des bras tendres et aimés
Invitation en une vision, puisant dans le Souffle dilaté
La fleur déploie sa Blancheur Immaculée
Son langage est toute finesse au sein même de cette ivresse
Un palais dont le sol devient ruissellement et tintement
Dans la fluidité du Cristal, Eau, sur laquelle se dresse un Trône étincelant
Reflet de l’Immanence, le visage se penche avec allégresse
Les yeux palpitent dans l’Écho du Souvenir
Car pour voir il faut mourir, dans la douceur d’un sourire.

Naïla

Publicités

A propos Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Orchidée

  1. rosiermarie dit :

    « Car pour voir il faut mourir, dans la douceur d’un sourire. »

    J'aime

  2. Sol dit :

    Sourire ensemble émerveille le meilleur
    du tout, de tout, de tous, de chaque chose et ensemble vivant

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s