L’Implantation Étrangère

La notion d’une implantation étrangère est extrêmement instructive. Cela nous rappelle immédiatement les implants métalliques ou cristallins qui sont supposés être utilisés par les Gris (et leurs complices humains) pour suivre à la trace des sujets humains.

Dans un autre sens, moins technologique, cela évoque le concept de virus idéologique implanté dans nos cerveaux par des entités non-humaines. Selon la critique Gnostique du Christianisme, l’idéologie rédemptrice dans sa forme Judéo-Chrétienne (c’est à dire la croyance en un rédempteur divin et une apocalypse finale) est tout simplement un tel virus.
C’est quelque chose qui est implanté dans le mental humain par des forces extraterrestres.

L’insistance Gnostique sur le Judéo-Christianisme (que l’on peut maintenant étendre aussi à l’Islam) nous confère un avantage stratégique dans la détection des influences extraterrestres parce que les religions patriarcales et rédemptionnistes ont dominé la narration historique sur notre planète. Cette domination est symptomatique de la déviance Archontique, selon les Gnostiques.

Le mental étranger fait intrusion dans notre faculté de raconter des histoires, une faculté cruciale pour l’humanité si elle veut découvrir son chemin dans le cosmos. C’est une des manières les plus efficaces, sinon la plus efficace, de nous détourner du cours d’évolution qui nous est propre. La faculté, pour l’humanité, d’accomplir une finalité dépend de la possibilité de développer des narrations, des histoires, des scénarios qui nous guident, de la conception initiale à la complétude finale.

Il est probable que les voies de détournement sont aussi nombreuses et diversifiées que les finalités humaines. Pour faire face à l’immense complexité de l’intrusion, la clarté et la concentration constituent des atouts indispensables. Don Juan fait remarquer, de façon étonnante, que le mental des planeurs est incapable de la moindre concentration.

On pourrait définir la concentration comme une synergie entre l’attention et l’intention. Se
concentrer, c’est apporter une certaine intensité d’attention (Bythos) à l’intention (Ennoia).

Selon les enseignements Gnostiques, Bythos et Ennoia sont des divinités cosmiques, ou principes du Plérome, le Tout, et ce sont également des attributs du mental humain. Ils sont symbolisés par deux sphères. Se concentrer, c’est amener les deux sphères ensemble en un point unique de fusion, un centre mutuel.

Nous réalisons ce processus en permanence lorsque nous focalisons notre attention sur une finalité spécifique ou sur une intention; les Archontes en sont incapables parce qu’ils sont “incapables de la moindre concentration”.

Ils ne possèdent pas de pouvoir de concentration, aucune faculté innée qui leur permette
d’unifier l’attention à l’intention. La résistance humaine à leur intrusion dépend de l’attitude intérieure et de la discipline mentale: la sobriété du guerrier. Les conseils que Don Juan prodigue au guerrier, qui doit s’opposer aux planeurs, semblent constituer une version Toltèque des stratégies Gnostiques de résistance aux Archontes.

John Lash

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Alchimie, Développement personnel, Développement spirituel, Général, Grille de lecture, Observation de soi, Sentiers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s