Le Point d’Assemblage

Le Point d’Assemblage

 

Le sujet du point d’assemblage est certainement l’un des aspects les plus étranges et les plus déconcertants des enseignements de Don Juan. Dans plusieurs ouvrages, il est évoqué que l’oeuf lumineux qui entoure l’être humain est attaché au corps physique par un mécanisme bizarre appelé le point d’assemblage. Ce point se situe en haut de l’épaule droite. Il semble qu’à cet endroit du corps, l’oeuf lumineux exerce une sorte de pression et forme une ondulation, ou une dépression. Tant que la force de l’oeuf demeure dans l’ondulation, le point d’assemblage est stable et l’être humain perçoit la réalité d’une façon prédéterminée. En déplaçant le point d’assemblage, les sorciers sont capables de modifier leur perception de la réalité et, qui plus est, de déconstruire et de reconstruire la réalité à leur convenance.

Les instructions de Don Juan concernant le point d’assemblage sont tout autant étonnantes que fascinantes mais loin d’être claires. Les dynamiques de glissement ou de déplacement du mécanisme sont difficiles à appréhender et encore plus difficiles à visualiser. De plus, il semble que le point d’assemblage soit un concept excentrique que l’on ne peut comparer à aucune autre source ou tradition.

Il existe, cependant, un témoignage rare, procédant des Mystères, qui décrit le point d’assemblage de la même manière que Castaneda. Dans son ouvrage The Subtle Body in Western Tradition, l’érudit Gnostique G. R. S Mead cite les écrits perdus d’Isadorus, le mari d’Hypatia et l’un des derniers Gnostiques qui aient enseigné à l’Ecole des Mystères (le Museum) d’Alexandrie. L’oeuvre originelle d’Isadorus est perdue mais elle fut paraphrasée par un autre auteur, Damascius, et on peut donc avoir accès à quelques aspects de ses enseignements. Isadorus est réputé avoir décrit l’augoeides, “l’aura dorée” comparable à l’oeuf lumineux de Castaneda.

La nature et le fonctionnement de l’augoeides, également appelé l’oeuf aurique, est l’un des secrets les plus profonds des Mystères. Il semblerait qu’un traité perdu d’Isadorus affirmait que l’augoeides entoure l’être humain comme une membrane ovale, de telle sorte que le corps physique flotte dans l’ovale. C’est précisément de cette manière que Castaneda décrit l’oeuf lumineux. L’instructeur Gnostique déclara également que l’ovale lumineux est connecté, ou accroché, au corps physique à un point situé dans le dos, au-dessus de l’omoplate droite.

Ainsi donc, un des détails les plus étranges des ouvrages de Castaneda est confirmé par un instructeur des Mystères qui vécut à Alexandrie au 5 ème siècle EC.

Récapituler sans capituler

Le point d’assemblage résulte de l’auto-contemplation

 Le point d’assemblage est, ici, représenté sur l’octave, entre les notes [Mi/Fa] et [Si-Do] comme des chocs respectivement mécaniques ou conscients, modifiant le sens du flux énergétique initial.

La septième couche est celle du corps causal qui est l’équivalent du plan mental dans le domaine plus élevé, plus « vibrant » des valeurs spirituelles.

Le corps causal est aussi appelé gabarit kéthérique .Il s’étend de soixante-quinze centimètres à un mètre du corps, environ. Si nous élevons notre conscience au septième niveau de l’aura, nous savons que nous ne faisons qu’un avec le Créateur. La forme extérieure de ce corps ressemble à un oeuf et contient tous les corps auriques associés à la présente incarnation d’un être. Il constitue de ce fait un gabarit supérieurement structuré. Il apparaît sous la forme de minuscules filaments de lumière or et argent très stables, maintenant la forme entière de l’aura. Il renferme la trame dorée du corps physique et de tous les chakras.

Quand on «s’accorde» sur la fréquence de la septième couche, l’on perçois de belles lumières dorées et étincelantes. Elles pulsent si vite qu’on les dirait chatoyantes, comme des milliers de fils d’or. Selon la personne, l’oeuf d’or s’étend, à l’extrémité la plus fine, de quatre-vingt-quinze centimètres à un mètre environ autour de la partie inférieure du corps, et dans sa partie la plus large, à environ quatre-vingts ou quatre-vingt-dix centimètres au-dessus de la tête, ou même plus loin si la personne est très énergétique. Le bord extérieur ressemble vraiment à une coquille d’oeuf, d’une épaisseur allant d’un demi centimètre à un peu plus d’un centimètre, paraissant très solide, élastique. Il résiste à la pénétration, protège le champ aurique comme la coquille d’oeuf protège le poussin. À ce niveau de l’aura, tous les chakras, toutes les formes des corps emboîtés semblent faits de lumières d’or. C’est la couche la plus robuste, la plus tonique du champ aurique.

Ce corps, comparable à une onde lumineuse continue, vibre à une fréquence extrêmement élevée. Quand on l’observe, on peut presque en entendre le son. Je suis convaincue que l’on pourrait y parvenir en méditant sur cette image. Ce gabarit d’or contient aussi le courant central de force qui circule du haut en bas de la colonne vertébrale et alimente le corps entier, transporte l’énergie en passant par la racine des chakras et connecte ces derniers entre eux.

Le flux d’énergie vertical induit d’autres courants perpendiculaires pour former des flèches d’or qui fusent à l’extérieur du corps. Celles-ci induisent à leur tour d’autres courants qui encerclent entièrement le champ aurique, de sorte que toutes les couches constitutives sont maintenues dans ce réseau comme dans une corbeille. Ce réseau témoigne de la puissance de la lumière d’or, de l’esprit divin qui confère au champ total sa cohérence et son intégralité.

De plus, à l’intérieur de la coquille d’oeuf, dans la couche kéthérique, résident aussi les séquences des vies antérieures. Ce sont des bandes de lumières colorées encerclant complètement l’aura et que l’on retrouve sur toute la surface de la coquille, qui s’en trouve comme striée. Le ruban lumineux qui entoure la zone du cou et de la tête est, en général, la bande qui contient la vie antérieure sur laquelle on travaille pour éclaircir les situations de la vie présente.


Jack Schwarz parle de ces bandes et de leur signification, en fonction de leur couleur. Dans le chapitre consacré à la guérison, j’expliquerai comment il convient de travailler sur ces « rubans ». Le plan kéthérique est la dernière couche aurique du niveau spirituel. Le plan cosmique se trouve au-delà. Nous abordons alors des niveaux situés au-dessus de l’énergie, où les vibrations sont extrêmement rapides et fluctuantes. On ne peut espérer se familiariser avec le plan cosmique au cours d’une brève vie humaine. Son exploration demande plusieurs incarnations successives.

 

 

 

 

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Alchimie, Développement personnel, Développement spirituel, Esotérisme musical, Général, Observation de soi, Octave. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Point d’Assemblage

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s