La joie de l’amour

[679667]

Ma coupe, mon vin, mon hôte, sont trois,
Et moi qui vais quêtant l’amour : la quatrième !
Celui qui verse le vin remplit sans cesse
La coupe de la joie et de la grâce.
Quand je me regarde, je ne me vois que pour Lui,
Quand je suis présence, je ne me vois qu’avec Lui.
O ! Mon censeur !  J’aime Sa beauté !
Par Dieu, mes oreilles n’écoutent pas Ton blâme.
Combien de nuits ai-je passées avec mes passions et mes peines,
Laissant couler de mes yeux des ruisseaux de larmes !
Aucune de mes larmes n’est remontée.
Et mon union avec Lui n’a pas duré.
Mon oeil bléssé ne dormira plus jamais.

Râbi’a al-Adawiyya

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article, publié dans Développement personnel, Développement spirituel, Observation de soi, Poésie, Sentiers, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s