L’Amour apporte la joie

400_animated_fractal.gif

L’Amour apporte la joie aux créatures
Il est la source du bonheur infini
Car ce n’est pas notre mère qui nous donne la vie,
Mais c’est bien l’Amour.
Louanges et miséricorde sur cette mère véritable !
La voie de l’Amour est un mystère,
En elle il n’y a point de querelle,
Pas d’autres qualités que la profondeur des choses.
A l’amoureux il n’est pas permis de parler
Car il s’agit de non-existence1 et non pas d’existence.
Je possède un Amour plus pur qu’une eau limpide.
Un tel Amour est nourriture licite pour chacun.
Alors que l’amour des autres est toujours changeant,
L’Amour pour mon Bien-Aimé est de toute éternité.
C’est l’Amour qui détient le secret des Lumières
C’est un nuage porteur de cent mille éclairs.
Dans le tréfonds de mon être réside la mer de sa gloire
Toutes les créatures sont noyées en cette mer.
Le cœur de l’homme est une chandelle prête à se consumer
La déchirure due à la séparation d’avec le Bien-Aimé
Peut-elle être recousue ?
Ô toi qui ignores la patience et la brûlure
Tu ne peux rien connaître de l’Amour avant qu’il n’ait touché ton cœur.
L’Amour est apparu et il est désormais Le sang coulant dans mes veines,
Il m’a anéanti et m’a rempli du Bien-Aimé
Qui a pénétré toutes les parcelles de mon corps.
De moi ne reste plus qu’un nom, tout le reste est Lui.
L’Amour est apparu et a éclipsé tous les autres amours,
Je me suis consumé et mes propres cendres sont devenues vie.
Par le seul désir d’une nouvelle brûlure
Elles se sont manifestées sous d’innombrables visages.
Dans la voie de l’Amour il faut avancer pas à pas,
Pourtant le seul pas véritable provient de l’Eternel.
Dans la demeure de la non-existence
Se cachent en fait beaucoup de vies
Ouvre donc les yeux : partout est la non-existence !
Ô toi2 dont l’Amour est l’essence de tout émerveillement
Ce qu’apporte ton Amour est total bouleversement.
Combien de temps m’interrogeras-tu sur l’état de mon cœur brûlé
Alors que, de toute évidence,
Tu le connais mieux que moi-même ?
Lorsque mon essence se transformera en océan universel
La beauté des atomes sera pour moi source de Lumière.
C’est pourquoi je brûle comme la chandelle,
Afin que, dans la voie de l’Amour,
Tous les instants deviennent un seul instant.
Le corps est amoureux de l’âme,
Et l’âme amoureuse du corps.
Je suis amoureux de l’Amour
Et l’Amour est amoureux de moi.
Parfois c’est moi qui le saisis de mes mains
Parfois c’est Lui qui s’agrippe à mes habits.
Si tu es amoureux, reste en compagnie de ton semblable
Jour et nuit, prends place dans le cercle3 des amoureux !
Ainsi, quand tu auras trouvé ce cercle,
Abandonne le monde et laisse entrer en toi
La présence de son Créateur.
Rumi
Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Développement personnel, Développement spirituel, Général, Observation de soi, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’Amour apporte la joie

  1. ocanocean dit :

    Un Matin, une femme demanda à son amant pour le tester :
    « M’aimes-tu plus que tu t’aimes toi-même ? »
    Il répondit : « Je t’aime tant que je suis plein de toi de la tête jusqu’aux pieds.
    Il ne reste rien de mon existence que mon nom. »
    Si tu aime ‘DIEU’, tu ressentira envers Lui ce que cet amant ressentait pour son aimée.

    • Djalâl Od-Dîn Rûmî
      (Mathnawî V,2020-2024)

    Il y a une désunion semblable à l’union qui est bonheur.
    Par la mort du corps s’éclaire la lampe du cœur
    Du rire de l’éclair le nuage se met en pleurs
    Et quand le nuage pleure, le jardin se met à rire.

    • Rûmi
      (Rubâ‘î 1604, L. Anvar-Chenderoff)

    Ne reste à aucun moment ailleurs que dans la place de la vérité ; l’Homme n’a pas de gardien tel que l’œil voyant. […]
    Pour toi, ô voyant, deux yeux ayant une claire vision sont donc plus précieux que cent mères et cent pères ; Spécialement l’œil du cœur qui possède soixante-dix intériorités et dont ces deux yeux physiques ne sont que les grappilleurs.

    • Djâlâl Od-Dîn Rûmi
      (Mathnawî Livre IIII – 330 / 338 -)

    « Je dis « S’Il T’Apparaissait sans voiles, tu ne resterais pas, ni aucune partie de toi-même.
    « Formule ton désir, mais avec mesure : un brin de paille ne peut supporter une montagne.
    « Si le Soleil qui illumine le monde s’approchait d’un peu plus près, tout serait consumé.
    « Ne cherche pas le trouble, le bouleversement, l’effusion de sang : ne dis plus rien du Soleil de Tabriz ! »
    Ce mystère n’a pas de fin : parle du commencement.
    Raconte la conclusion de cette histoire. »
    – Djâlâl Od-Dîn Rûmi

    Voyez comment la main est invisible tandis que le Crayon écrit ; Le cheval galope, pourtant le chevalier est invisible ; La flèche vole, mais l’arc est hors de la vue; différentes âmes existent, tandis que l’âme des âmes est cachée.

    Rûmi

    L’Amour est un jardin.
    N’y entre pas si tu ne peux pas sentir Son parfum.

    • Rûmi

    J'aime

    • ocanocean dit :

      Le Faiseur d’images…Djalâl Od-Dîn Rûmî
      Quand le miroir de ton cœur deviendra clair et pur, tu contempleras des images en dehors de ce monde d’eau et d’argile. Tu contempleras à la fois l’image et Le Faiseur d’images ; à la fois le tapis du royaume et Celui qui étend le tapis.

      • Djalâl Od-Dîn Rûmî (Mathnawî II,72-73)

      Ecoute le ney (la flûte de roseau) raconter une histoire, il se lamente de la séparation :
      Depuis qu’on m’a coupé de la jonchaie, ma plainte fait gémir l’homme et la femme.
      Je veux un cœur déchiré par la séparation pour y verser la douleur du désir.
      Quiconque demeure loin de sa source aspire à l’instant où il lui sera à nouveau uni.
      Moi, je me suis plaint en toute compagnie, je me suis associé à ceux qui se réjouissent comme à ceux qui pleurent.
      Chacun m’a compris selon ses propres sentiments ; mais nul n’a cherché à connaître mes secrets.
      Mon secret, pourtant, n’est pas loin de ma plainte, mais l’oreille et l’œil ne savent le percevoir.
      Le corps n’est pas voilé à l’âme, ni l’âme au corps ; cependant, nul ne peut voir l’âme.
      C’est du feu, non du vent, le son de la flûte : que s’anéantisse celui à qui manque cette flamme !
      C’est le feu de l’Amour qui est dans le roseau, c’est l’ardeur de l’Amour qui fait bouillonner le vin.
      La flûte est la confidente de celui qui est séparé de son Ami : ses accents déchirent nos voiles.
      Qui vit jamais un poison et un antidote comme la flûte ? Qui vit jamais un consolateur et un amoureux comme la flûte ?
      La flûte parle de la Voie ensanglantée de l’Amour, elle rappelle l’histoire de la passion de Madjnûn.
      A celui-là seul qui a renoncé au sens est confié ce sens : la langue n’a d’autre client que l’oreille.
      Dans notre affliction, les jours sont devenus moroses ; nos jours cheminent avec les peines brûlantes.
      Si nos jours se sont enfuis, qu’importe ! Demeure, ô Toi à la sainteté de nul n’est comparable !
      Quiconque n’est pas un poisson devient abreuvé de Son eau ; quiconque est privé du pain quotidien trouve la journée longue.
      Celui qui n’a point d’expérience ne peut comprendre l’état de celui qui sait ; mes paroles doivent donc être brèves.
      Adieu !

      • Djalāl Od-Dīn Rūmī

      J'aime

  2. Sol dit :

    J’ai su récemment que l’évolution de notre âme correspond à un cheminement lié aux cieux, et aux planètes.

    Chaque planète est une étape ascensionnelle.

    Rumi a dit cela:

    Viens, viens, viens… qui que tu sois, viens !
    Viens aussi que tu sois infidèle, idolâtre ou païen,
    Notre couvent n’est pas un lieu de désespoir;
    Même si cent fois tu es revenu sur ton serment, viens!

    Naïla

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s