Le poisson meurt…

A propos du suicide la culture chinoise propose le proverbe suivant :

Le poisson meurt d’abord par la tête.

Le  meilleur  des guides reste le sourire de ta détermination

Le sens ésotérique de ce proverbe ne peut intéresser
que ceux qui s’intéressent, déjà, aux sciences spirituelles,
ésotériques et hermétiques, les autres peuvent
logiquement toujours continuer prétendre n’y rien comprendre.

Le proverbe cité plus haut, est en relation directe
avec les cinq éléments, le sens est que la conscience,
la tête meurt en premier, puis les autres éléments,
meurent tour à tour, avant le dernier élément,
le corps physique.

Ceci est pour les morts non-violentes.

Dans le cas des morts causées par des suicides,
le processus du proverbe cité plus haut,
est inversé : le corps meurt en premier
et les autres éléments meurent à leur tour
chacun à la fin de son propre cycle.

Pour faire simple, l’unité temporelle pour chaque cycle
est de 60 unités, en relation avec l’octave cosmique des vibrations.


Le tableau suivant de l’octave cosmique des vibrations

peut aider à se faire une juste idée de ce qu’enseignent
les sciences spirituelles, ésotériques et hermétiques à ce sujet.

 

 

Si un futur  suicidé  a une espérance de vie 80 ans et se suicide
à 30 ans, il reste 50 années à vivre pour les autres éléments encore
vivants sans le corps du suicidé.Cependant, si le suicidé souhaite, revenir poursuivre sur terre sa tâche, il lui faut patiente plusieurs cycles de 60 ans. Si seul le corps physique meurt  le suicidé doit alors patienter au maximum jusqu’à 50 * 60 * 60 * 60 * 60 = 648 000 000 années. Ce nombre semble inconcevable, cependant comme les cycles sont causés par ce qui ne peut s’accumuler et concerne  l’être : la conscience du JE SUIS.
Cependant, comme les cycles se trouve en relation directe avec l’inverse de chaque nombre premieer, il est possible que ce nombre évoque le temps nécessaire à la conscience du moi, moi, moi pour se changer en conscience du JE SUIS.Avec le cas étudié ici, les durées de vie pour les autres corps varient entre 648 000 000, 10 800 000, 180 000, 3000 années, durant lesquelles il lutte en vain,  avec d’autres désincarnés, tant que les temps ne sont pas accomplis, pour obtenir un nouveau corps planétaire (physique), une personnalité alignée sur l’âme. une essence rayonnante d’une conscience objective permanente

Ces durées se mesurent avec l’octave cosmique des vibrations connues
dès le paléolithique par l’humanité ce dont témoignent le symboles établis à cette époque.

Les 50 années qui restent concernent les temps qui se referment
sur l’union de la la conscience et de la vie, séparées dès la naissance du corps physique
jusqu’au moment de la fusion avec l’impitoyable cours du temps.

Le Traité de la Fleur d’Or donne des précisions à ceux qui cherchent sincèrement,
aux autres, qu’ils le veulent ou non,
il reste, encore, les cycles de la confusion des langues et des genres
pour laisser les uns et les autres, du dedans, se  bercer toutes les illusions  qui les enchantent.

Bien à vous

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Alchimie, Développement personnel, Développement spirituel, Général, Observation de soi, YI King. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le poisson meurt…

  1. shesat dit :

    A un ami je dirais: Tiens, je connaissais l’expression « Le poisson pourrit par la tête », et n’avais pas fait le rapprochement avec le suicide.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s