Vite, vite, tu meurs…

Vers une sage, saine et  sainte éthique,
analyse, comme le silence y pousse, sans repousser,
ni la faute aux Saintes Thèses, ni même la photosynthèse…

Certes, si il n’y a pas de situation formalisante, alors il n’y a que des gens qui se formalisent et qui en restent formalisés, quitte à sourire ensemble, de ce qui aura pu être et qui n’a jamais été…

A mille lieux de la Hauteur, au milieu de la Haute Heure, ou bien au-delà du Poste des Heures, selon certains spécialistes, « donner sa langue au chat » vient de « donner sa part au chien ». La relation entre langue et part semble intéressante, dès que sans trop  de simagrées grammaticales, pour expert en affaire de singe, elle se tend, s’étend, s’entend et rime avec âge, que partage, sans pré-tension,  la part des âges, depuis la Sévigné ou depuis Georges Sand, jusqu’ici ou ailleurs, en  tout discours, qui,  de tout jour, parle des mains tenant  l’imaginaire pris pour du réel.
« Donner sa langue au chat », « donner sa part au chien » : ces expressions signifient au premier degré, « renoncer à deviner« , et au dernier degré « renoncer à devenir« . Ces expressions évoquent avec la langue, la part, le chat et le chien, une influence lunaire (arcane XVIII du Tarot), lors de l’exercice de sa divinité (au-delà du moi, moi, moi) que représente la divination.

Sujet, Verbe, Objet forment un prisme imaginaire, en écho avec l’arcane XVIII du Tarot,  symbolisant les 18 petits-moi donnant jusqu’à 987 triades pour chaque condition, occasion, circonstance, opportunité, rencontre, relation, situation, test, tremplin, jeu, expérience,  impact énergétique…
Tout ce qui suit et qui précède reste intellectuellement facile à comprendre, par contre la mise en pratique devient une autre paire de manches dès qu’ elle commence tout simplement, en invitant chacun  à se simplifier, en adoptant soi-même le point de vue correct, sans toutefois, se méprendre, donc sans confusion, entre simplisme et simplicité.
Chaque octave représente un objectif d’unité de conscience que  mesure une échelle des hydrogènes

Cependant la simplicité, dont il est question ici, résulte d’une totale absence de susceptibilité ;
ce qui peut représenter les difficultés initiales des commencements où s’unissent les forces divergentes.

S’il convient quelque fois, d’appeler un chat, un chat, alors « faire »  ne concerne pas le plan du Moi, Moi, Moi qui, lui, en effet, peut flipper et en perdre la boule.
Faire concerne aussi  tout qui se fait au dedans et au dehors de chacun comme la pluie et le beau temps.
Il est présent à chacun une part de soi et une part d’ego, à la manière du yin et du yang :

Le soi correspond à l’hexagramme,
l’égo correspond au trigramme,
le moi correspond au duodécagramme,
le corps correspond à l’ennéagramme.

Cette métaphore s’accorde à celle des pythagoriciens pour lesquels tout est régis par le nombre, à peu près  de la manière suivante, en ce qui concerne leur  symbolisme, que chacun aura perdu et  retrouvé, pour le reperdre et le retrouver tout au long des articles de Tarogramme.

Lorsqu’il est utilisé seul le nombre Zéro représente, le néant, le vide, l’évidence, les vies denses, le trou-noir, Autre Un Même (A.U.M).

Lorsqu’il est utilisé à l’intérieur d’un nombre le nombre Zéro représente, AUM, la place de l’humain comme fontaine de lumière blanche, dans cet univers d’une symbologie restituée car reconstituante.

Utilisé seul, le nombre Zéro représente le tao,
sinon il représente l’humain (la forme humaine).
Le nombre Un représente l’unité , (le divin).
le nombre Premier représente le créateur (archonte, démiurge).
le nombre Multiple représente la créature.
le nombre Composé représente la création.

Cette métaphore contient six niveaux d’approche pour une symbologie des nombres à la manière d’une métaphysique des nombres, une mathèse, une métaphysique du nombre.

Nous avons chacun un équilibre à maintenir défiant tout entendement, si bien qu’il nous mène à renoncer à la panique suicidaire résultant des auto-questionnements où nous aurons donné notre part au chat ou bien au chien.

La perfection du don étant le pardon où tout se fait dans la grande heure du geste, il devient évident que le pardon n’existe que pour le moi offensé, car dès qu’il n’y a plus de moi offensé, le pardon ne devient plus nécessaire, ni souhaitable, ni salutaire…

Sur le plan de l’hexagramme se trouve le Soi.
Sur le plan du Trigramme se trouve l’Ego.

Il existe 64 trigrammes dont 8 seulement possèdent des traits fixes,
dont les trigrammes 47 et 22, 18 et 17, 48 et 21, 64 et 63.

Ces huit trigrammes indiquent les moments où le moi divisé , pluralisé, appelé ego, réalise une unité de conscience qui peut dès lors être mise en relation avec l’octuple sentier du bouddhisme comme avec le système des hexagrammes qui se poursuit avec l’étude des cosmos reliée à celle de l’être.

En fait tout savoir qui n’est pas en relation avec l’être est inutile, ce qui averti sur l’illusion que chacun entretient sur son « moi, moi, moi », sur son « moi-je », excitant l’auto-suffisance des bonnes gens, où l’amour comme le temps demeurent impitoyables.

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article, publié dans Développement spirituel, Ennéagramme, Esotérisme musical, Observation de soi, tao, Trigramme, YI King, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Vite, vite, tu meurs…

  1. Sol dit :

    Vivre, c’est naitre et mourir à chaque instant
    Survivre, c’est naitre et mourir une fois pour toutes

    J'aime

  2. Sol dit :

    Vite, vite, vite

    Toi, tu n’aimes pas les gens lents
    Qui parlent lentement
    Qui te font perdre du temps

    Toi, tu n’aimes pas les gens lents
    Qui roulent comme des vieux
    Sur la file du milieu

    Ça c’est vraiment énervant
    Parce que toi, tu cours vite, tu roules vite, tu parles vite,
    tu penses vite, tu manges vite, tu bois vite, tu meurs….

    Toi, tu n’aimes pas les gens lents
    Qui mettent toujours des heures
    A passer leur commande au restaurant

    Toi, tu n’aimes pas les gens lents
    Ceux qui bloquent les gens
    Dans les escalators

    Ça c’est vraiment énervant
    Parce que toi, tu cours vite, tu roules vite, tu parles vite,
    tu penses vite, tu manges vite, tu bois vite, tu meurs….

    La Chanson du Dimanche ….

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s