L’Ermite et le Marchand

 

English: Statue of Saint Peter the Hermit (Sai...

English: Statue of Saint Peter the Hermit (Saint Peter of Amiens) behind the cathedral of Amiens, France, by Gédéon de Forceville (1854). Français : Statue de Saint Pierre l’Ermite (Saint Pierre d’Amiens) au chevet de la cathédrale d’Amiens, France. Oeuvre de Gédéon de Forceville, inaugurée en 1854. (Photo credit: Wikipedia)

 

Un marchand avait un frère qui s’était retiré du monde pour prier Dieu durant de nombreuses années, dans le dénuement le plus total de l’ermite. Un jour, le marchand vit l’ermite arriver à sa boutique en chevauchant un lion. Tous les passants s’écartèrent terrifiés tandis que l’ermite dit à son frère :
— O mon frère, n’aie pas peur, ce lion est doux comme l’agneau.
Le marchand, ravi de revoir son frère après de si longues années, lui demanda ce qu’il avait fait, seul, dans le désert durant tout ce temps.
— J’ai prié Dieu, dit l’ermite et celui-ci m’a gratifié de quelques présents. Tiens, regarde cette jarre, elle contient de l’eau, n’est-ce pas ?
— Oui, lui dit le marchand.
— Va goûter l’eau, mon frère.
Le marchand goûta l’eau et trouva que c’était du vin.
— C’est du vin, mon frère.
— Oui, dit l’ermite, tu vois les prodiges dont je suis capable.
— Mon frère, je suis désolé de te demander cela, mais il faut que je m’absente de la boutique une minute. Peux-tu me garder l’échoppe et renseigner les clients s’il en passe, le temps que je revienne ?
L’ermite était gêné et dit :
— Mon frère, crois-tu que je saurais faire ?
— Mais oui, je n’en ai que pour une seconde.
Une fois le frère parti, une demoiselle d’une grande beauté décida d’arrêter sa route devant l’échoppe pour y acheter quelque étoffe. Elle adressa la parole de sa belle voix cristalline à l’ermite.
— Mon ami, pourriez-vous me conseiller ?
L’ermite ne répondit pas, devint rouge et paniqua. Il renversa la cruche de vin qui se brisa au sol en découvrant de l’eau et le lion, sagement endormi à ses pieds, lui sauta dessus et le dévora.

 

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article, publié dans Développement personnel, Développement spirituel, Général, Mes cieux d'âme, Observation de soi, Sentiers, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’Ermite et le Marchand

  1. Sol dit :

    Le monde se divise en deux catégories : ceux qui donnent et ceux qui prennent. Les seconds tentent toujours de se faire passer pour les premiers.

    Anonyme

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s