Gnose et Religion


RELIGION

« O Égypte, Égypte ! Il ne restera de tes religions que de vagues récits que la postérité ne croira plus, des mots gravés sur la pierre et racontant ta piété. » (Hermès Trismégiste, Discours d’Initiation ou Asclépios).

Pauvres religions d’aujourd’hui… elles ne savent plus; un mélange de dogmes, de croyances aveugles… Le mot religion lui-même est de plus en plus associé au sectarisme, au fanatisme. « Croire ou ne pas croire », tout est basé sur une foi aveugle.
La véritable Religion était basée sur l’expérience directe, sur le contact direct par l’expérience mystique avec les Forces de la Nature, les Intelligences cosmiques.

Malheureusement, nos facultés se sont atrophiées. L’animal intellectuel que nous sommes devenus est aveugle spirituellement. Il ne voit plus les réalités divines. Il est perdu dans le labyrinthe subjectif des théories farfelues, pseudo-religions, pseudo-ésotérisme et pseudo-occultisme.

Seule une Religion directement expérimentable par chaque individu peut-être unique et universelle. Les anciens, par des techniques scientifiques précises, percevaient, connaissaient et communiquaient avec la Divinité. Ils expérimentaient les réalités des Dimensions supérieures.

Les Anges, les Archanges, les Chérubins, les Saints et Saintes, de la religion chrétienne ne sont autres que les Dieux, demi-Dieux, Déesses, Dévas, Titans et Messagers des religions dites « païennes ».

La Religion universelle est unique parce les Hommes et les Femmes véritables qui l’ont enseignée étaient ÉVEILLÉS.

Le But de leurs enseignements a toujours été de nous montrer le Chemin qui mène à notre Être intérieur profond, notre Conscience superlative, notre partie la plus divine.

D’ailleurs, le mot religion vient du latin religare et veut dire « relier ». Le mot Yoga a exactement le même sens : nous relier avec notre Dieu intérieur, éveiller notre Conscience et nos facultés. C’est ce qu’on appelle en langage gnostique l’ »Autoréalisation ».

Le Christianisme, le Bouddhisme, l’Hindouisme, le Judaïsme, etc., ont donc la même racine, le même enseignement. C’est aussi, quoiqu’on en dise, la même Religion que celle des anciens Égyptiens, Mayas, Aztèques, Peuples nordiques… la même !

Toutes les religions ont rendu, par exemple, un culte à la Mère Divine et l’ont adorée sous des noms différents : Marie, Maya, Isis, Shakti, Diane, Kwan Yin, Tonantzin… peu importe.

 

Comment se fait-il que des milliers d’années avant Jésus, les artistes égyptiens sculptaient des petites statuettes d’Isis donnant le sein à son Fils Horus, et que des siècles plus tard, les artistes de la Chrétienté aient peint la fameuse Maria Lactans, c’est-à-dire la Vierge Marie donnant le sein à son Fils Jésus ? (La première Maria Lactans a été retrouvée dans les catacombes et date de l’an 350 apr. J.-C. Par la suite, de nombreux artistes du Christianisme l’ont peinte au cours des siècles.)

Comment se fait-il que le Bouddha soit né, en l’an 563 av. J.-C., d’une Vierge à qui l’Esprit Saint est apparu en songe pour lui annoncer la naissance divine d’un enfant ?

Les théologiens dénombrent, dans le symbolisme des différentes traditions, des dizaines de Vierges ayant mis au monde un Sauveur, et ce, avant l’Ère chrétienne.

 

 

Voici ce que l’anthropologue et humaniste Samaël Aun Weor disait : « Chez les Perses, le Christ est Ormuzd, Ahura-Mazda, le terrible ennemi de Ahriman (Satan) que nous portons au-dedans de nous. Chez les Hindous, le Christ est Krishna, et l’Évangile de Krishna est très semblable à celui de Jésus de Nazareth. Chez les Egyptiens, le Christ est Osiris et quiconque l’incarnait était en fait un Osirifié. Chez les Chinois, le Christ Cosmique est représenté par Fo-Hi, qui a composé le Yi-King, un livre des lois, et a nommé des ministres Dragons. Chez les Grecs, le Christ est appelé Zeus, le Père des Dieux, Jupiter chez les romains. Chez les Aztèques, au Mexique, le Christ porte le nom de Quetzalcóatl. Dans l’Edda germanique, le Christ est Balder, qui fut assassiné par Oder, le Dieu de la Guerre, avec une flèche en bois de gui. Nous pourrions ainsi retrouver le Christ Cosmique dans une multitude de livres archaïques et de vieilles traditions qui datent de milliers d’années avant Jésus. Tout cela nous invite à accepter que le Christ soit un Principe Cosmique contenu dans les principes substantiels de toutes les Religions. »

Toutes les Religions du monde ont une Trinité : Brahma, Vishnou, Shiva-Shakti, chez les Hindouistes; Osiris, Horus, Isis, chez les Égyptiens; Odin, Thor, Freyja, chez les Vikings; le Père, le Fils, le Saint-Esprit, chez les Chrétiens; Kether, Chokmah, Binah, chez les Hébreux…

Cette Trinité n’est autre que les Trois Forces primaires qui baignent et créent tout le Cosmos : l’Affirmation, la Négation et la Conciliation; soit le positif, le négatif et le neutre de la science moderne; le Yin, le Yang et le Tao (ou Tai-Chi); etc., etc., etc.

Tous les grands Maîtres que l’humanité a connus ont enseigné la réincarnation de l’âme, et la possibilité qu’a l’âme de se perfectionner, c’est-à-dire de retrouver sa perfection originale (Autoréalisation). Les Pères de l’Église chrétienne appelaient la réincarnation « préexistence des âmes », et l’autoréalisation « apocatastase. ». Tous : Origène, St-Augustin, St-Valentin, St-Jérôme, St-Basile… les ont enseignées. Malheureusement, le 5 mai 553, malgré les protestations du Pape Vigile qui refusa d’y participer, un concile abusivement considéré comme œcuménique (sur les 165 évêques présents, 159 appartenaient à l’église d’orient) eut lieu à Constantinople. L’empereur Justinien 1er, assoiffé de pouvoir, voulu rompre avec les autres religions. Lors d’une session extraconciliaire, c’est-à-dire non officielle, il imposa aux évêques quinze anathèmes (lois permettant l’excommunication), dont voici le premier et le plus fameux : « Si quelqu’un croit à la fabuleuse préexistence des âmes et à la condamnable apocatastase, qu’il soit anathème. » (Voir : Catholic encyclopedia). Depuis ce triste jour pour la religion chrétienne, la réincarnation et l’autoréalisation ne sont plus enseignées dans l’Église.

Les théologiens et exégètes reconnaissent au total 34 évangiles chrétiens authentiques; seuls quatre sont acceptés par l’Église. Les 30 autres sont dits « apocryphes », c’est-à-dire secrets. Les Évangiles selon Thomas, Judas, Marie-Madeleine… les rouleaux de la mer Morte, les papyrus de Nag Hamadi intitulés Pistis Sophia… les livres comme celui de Kersey Graves,The World’s Sixteen Crucified Christ, celui d’Annie Besant intitulé Christianisme Ésotérique, ou encore des dizaines de livres plus récents prouvent tous, hors de tout doute, la racine commune des grandes Religions et Cultures du monde. Quiconque étudie ces écrits arrivera inévitablement à la même conclusion.

Jésus, Bouddha, Hermès Trismégiste, Krishna, Rama, Quetzalcóatl… nous ont transmis le même Message.

Que connaissons-nous du véritable message de Jésus, de l’enseignement secret du Bouddha ou de l’Évangile de Krishna ?

Que connaissons-nous vraiment de la Bible, de la Bhagavad Gîta, du Coran, du Srimad-Bhagavatam racontant la vie du formidable Krishna, du Ramayana décrivant les cités perdues dans la jungle d’Inde où le grand Avatar Rama et sa femme Sita régnèrent, du Popol Vuh maya, des Codex aztèques ? Que connaissons-nous vraiment de la Science et de la Sagesse d’Hermès, dit le trois fois grand, fondateur de l’antique Religion égyptienne ?

Nous sommes les prisonniers du quotidien, de notre ignorance et de notre indifférence face à la Spiritualité véritable.

Tous les fondateurs de toutes les grandes Religions ont enseigné les Mystères de l’Âme, de son incarnation dans le corps, les Mystères de la Vie, les Mystères de la mort et de l’Au-delà…

Nous répétons donc : la Religion universelle a toujours voulu, par la mystique et par ses enseignements, nous montrer le Chemin qui mène au Divin : le Divin en nous (l’Être), comme le Divin qui habite les Dimensions Supérieures de la Nature.

Jean-Marie Claudius
Février 2006

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article a été publié dans Développement personnel, Développement spirituel, Grille de lecture, Observation de soi, Sentiers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Gnose et Religion

  1. Sol dit :

    Jésus, Bouddha, Hermès Trismégiste, Krishna, Rama, Quetzalcóatl… nous ont transmis le même Message.

    J'aime

  2. Sol dit :

    « Pendant des siècles, et particulièrement au Moyen Âge, l’Église n’a cessé d’effrayer les chrétiens avec les châtiments de l’Enfer.

    Elle prétendait agir là pour le salut de leur âme, mais en réalité cette méthode a aussi produit beaucoup de dégâts.

    On peut même dire que les âmes sont presque devenues des abris pour le Diable, car les gens pensaient tellement à lui qu’ils en ont oublié Dieu.

    Tous les portraits qu’on a faits du Diable !

    Il a été dessiné, sculpté, peint, et dans les sermons, oralement ou par écrit, les prédicateurs se sont exagérément servis de lui. Ils l’ont utilisé de la même manière qu’on menace les enfants du gendarme, du loup ou du croquemitaine pour qu’ils se tiennent tranquilles.

    Mais n’y a-t-il pas encore à notre époque des gens qui utilisent la religion de cette manière ?

    C’est très mauvais du point de vue pédagogique.

    Contrairement à ce qu’ils prétendent, ceux qui agissent ainsi n’ont pas tellement le souci du bien des âmes, ils cherchent surtout à exercer leur pouvoir sur elles.

    Et s’ils sont sincères, ce n’est pas tellement mieux : c’est qu’ils sont malades. »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    J'aime

  3. Sol dit :

    « Nous devons nous mettre au service du Seigneur, c’est-à-dire au service de tout ce qui existe en nous de plus pur, de plus noble, de plus lumineux.

    Mais pour être un bon serviteur, il faut se préparer, apprendre, s’exercer.

    Regardez seulement ce qui se passe dans la vie courante : est-ce que, sous prétexte qu’il le souhaite sincèrement, le premier venu est capable de faire un bon employé, un bon secrétaire, un bon ministre ?

    Non, il doit avoir d’abord étudié et développé certaines facultés et qualités. Alors, à plus forte raison quand il s’agit d’entrer au service du Seigneur.

    Que fera celui qui ne s’est pas préparé ? Il croira servir le Seigneur et en réalité il restera le serviteur de ses préjugés, de ses partis pris, de ses illusions.

    Et c’est ce que fait le fanatique : sous prétexte de servir Dieu, il se donne pour mission de combattre ceux qu’il appelle « mécréants », « infidèles », etc.

    En réalité il n’est que le serviteur d’entités obscures qui cherchent à réaliser à travers lui leurs projets maléfiques. »

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s