Liste des peurs

Les obstacles, les entraves, les obstructions, les situations, les conditions verrouillées aident à digérer le passé dès que va, vient et arrive le temps de ne rien faire avec bonheur plutôt que de tout faire à contre-coeur.

ennea_ego_soi_a1.jpg
octave_peur_a5.jpg
ennea_ego_soi_a1.jpg
octave_peur_a4.jpg
ennea_ego_soi_a1.jpg
octave_peur_a3.jpg

Publicités

A propos Sol

Hissons haut les Coeurs Heureux y sont les Sensibles Malheureux y sont les Résistants Intolérés y sont les Tolérants
Cet article, publié dans Développement personnel, Grille de lecture, Hexagramme, Observation de soi, YI King, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Liste des peurs

  1. Sol dit :

    Exercice de traitement de la peur

    Vous pouvez faire cet exercice chaque fois que vous ressentez de la peur.

    Pour de meilleurs résultats, il est préférable de le pratiquer dans un espace tranquille et privé et de préparer une liste des peurs que vous aurez écrites au préalable.

    Asseyez-vous confortablement avec votre dos droit; fermez les yeux.

    Inspirez profondément et lentement dans votre abdomen, puis expirez aussi rapidement que vous le pouvez.

    Répétez: inspirez lentement, puis expirez aussi vite que vous pouvez.

    Et… une fois encore: inspirez de plus en plus lentement, puis expirez rapidement.

    Maintenant continuez la respiration à votre propre rythme.

    Examinez votre corps physique de la tête aux pieds afin de trouver l’énergie de la peur.

    Cherchez où se trouve la peur. Si vous n’arrivez pas à la trouver, lisez une de vos peurs sur votre liste et scannez votre corps à nouveau.

    Une fois la peur trouvée dans votre corps, simplement, regardez-la.

    Ne l’analysez pas, regardez-la simplement.

    Permettez-lui d’être là. Permettez-lui d’exister. Permettez-lui de grandir et d‘être.

    Cela peut être un inconfort physique, tel qu’un nœud, une douleur, un endroit tendu, ou une pensée ou un souvenir, …. cela peut être aussi juste le sentiment de la peur.

    Regardez-la simplement. Observez-la. Sentez-la. Permettez-lui d’être là. Et dites, « Peur, tu es la bienvenue ici ».

    Bienvenue ici. Accueillez la peur et permettez-lui de grandir. Laissez la grandir et grandir encore.

    Permettez-lui de grandir et de grossir… autant que possible. Laissez-la être aussi grande qu’elle peut possiblement l’être.

    Permettez-lui de s’exprimer à vous.

    Mais n’analysez pas. Permettez-lui simplement d’être, quoi qu’il arrive. Que ce soit des mots, des pensées, des souvenirs, suivez si la peur se transforme en une autre émotion ou change de place dans votre corps.

    Quoi qu’elle fasse, accueillez son expression.

    « Tu es la bienvenue ici, pensée… tu es la bienvenue ici, émotion, mots, mémoires,… tu es la bienvenue ici».

    …tu es la bienvenue ici….

    Faites-y attention. Observez-la.

    Maintenant, autorisez-vous à vous approchez d’elle, … et à étreindre la peur quel que soit l’expression qu’elle aura choisie.

    Donnez-lui de l’amour et la lumière, et permettez-lui d’exister.

    Remerciez-la pour quel que soit le travail qu’elle aura accompli pour vous, et pour avoir été avec vous depuis si longtemps.

    À présent, libérez-la dans l’Unité. Autorisez-la à retourner librement dans la Source.

    Inspirez profondément maintenant. Inspirez la lumière et l’amour.

    Et tandis que vous expirez, permettez que cette lumière et cet amour aillent remplir l’espace dans lequel se trouvait la peur.

    Maintenant, respirez lentement.

    En inspirant lumière et amour, et en expirant, permettez que cette lumière et cet amour se répandent à travers tout votre corps et dans votre environnement.

    À présent, scannez votre corps des orteils à la tête et assurez-vous qu’il n’y reste plus aucune peur. Si c’est le cas, répétez l’exercice tout de suite. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez utiliser votre liste des peurs pour répéter l’exercice, …ou le terminer maintenant en ouvrant vos yeux et en vous étirant bien.

    Répétez cet exercice chaque jour jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de peur dans votre vie.

    Inelia Benz

    J'aime

  2. Sol dit :

    Comment éliminer vos peurs ?

    Quel qu’en soit l’objet, la peur nous empêche d’aller de l’avant et de jouir d’une vie plus en harmonie avec nos aspirations les plus profondes. Heureusement, il est tout à fait possible de s’en débarrasser. En 5 étapes déjà éprouvées par des milliers de personnes dans le monde, apprenons à le faire :
    1ère étape éprouvée : percevez la peur comme un signal

    La peur, en général, nous terrifie et nous laisse sans moyens ; et il est tout à fait normal d’en ressentir. Mais pour notre progression personnelle, elle doit être interprétée comme un signal ; un signal de notre être nous indiquant qu’il y a quelque chose à changer dans notre vie pour la rendre meilleure. Une fois cette vérité acceptée, reconnaissons-en une autre : nous n’avons pas une peur, mais plutôt des peurs. Faisons-en la liste.
    2ème étape éprouvée : faites la liste de toutes vos peurs

    Faites la liste de toutes vos peurs. Pourquoi ? Si vous le faites, vous pourrez vous rendre compte de toutes vos peurs, même les plus enfouies en vous et vous pourrez les classer par ordre d’élimination.

    Pour réussir à établir une telle liste, vous devrez répondre à trois questions dans leur ordre d’arrivée :

    Quelles sont les choses qui me font peur ?
    Quelles sont les autres choses qui me font peur ?
    Quelles sont les peurs oubliées ?

    Répondrez à ces questions dans leur ordre d’arrivée ; et vous constaterez alors que vous irez chercher chaque fois un peu plus loin en vous. Des souvenirs de peurs vous reviendront en mémoire. Laissez-les affluer et notez-les. Puis, classez-les par ordre d’élimination.
    3ème étape éprouvée : classez vos peurs par ordre d’élimination.

    Pourquoi classer vos peurs par ordre d’élimination ? Parce qu’avoir peur nous met dans un puissant état de vulnérabilité mentale et émotionnelle ; état que nous cherchons à fuir. Or, si nous fuyons, nous ne nous en sortirons jamais.

    Pour éviter cela, classons nos peurs par ordre d’élimination selon le critère de la facilité. Ainsi, nous commencerons par les peurs les plus faciles à vaincre. Pour les identifier, utilisons un autre critère : celui du désir le plus ardent. En effet, si vous commencez par la peur dont vous désirez le plus ardemment vous libérer, vous diminuerez la probabilité d’abandonner la partie en cours de route.

    Pour y arriver, le premier secret est de sélectionner les peurs qui vous empêchent d’atteindre des objectifs importants pour vous. En effet, puisque vous tenez à ces objectifs, vous désirerez vous libérer des peurs s’y rapportant.

    Prenez donc chaque peur de votre liste et posez-vous la question suivante : quelles sont les peurs qui m’empêchent actuellement de réaliser mes rêves et d’atteindre des objectifs importants pour moi ? Soulignez les peurs correspondantes. Quant au reste de vos peurs, à moins d’avoir du temps à perdre, oubliez-les car leur élimination ne vous apportera rien de meilleur et d’important pour vous.

    Le second secret, quant à lui, est de vous poser, en examinant les peurs soulignées, la question suivante : sur cette liste de peurs soulignées, quelles sont, par ordre croissant, celles dont l’élimination aura le plus grand impact sur ma vie ? Classez-les alors de 1 à … . Puis, passez à l’étape 4.
    4ème étape éprouvée : pour vous débarrasser de votre 1ère peur, auto-suggérez-vous

    Pour vous débarrasser de votre peur n°1, auto-suggérez-vous. Plusieurs méthodes peuvent vous y aider : la méthode subliminale, l’hypnose, la PNL, la répétition verbale, écrite, mentale ou encore la visualisation. Ici, utilisons-en successivement deux : la répétition verbale et la visualisation. Pourquoi dans cet ordre ? Si vous vous visualisez tout de suite faisant ce qui vous fait intensément peur, vous risquez d’abandonner.
    Démarrez donc en douceur grâce à la répétition verbale.

    Primo, vous allez concevoir le texte à répéter. Par exemple, si vous désirez ardemment vous libérer de la peur des serpents, vous pouvez imaginer la phrase suivante : « tu aimes mettre les serpents au cou ».

    Secundo, répétez à haute voix cette phrase 10 fois le matin, 10 fois à midi et 10 fois le soir pendant 6 mois. Tertio, commencez par vous visualiser avec un serpent inoffensif au cou. Sentez sa peau froide. Laissez votre appréhension diminuer petit à petit.

    Faites ce petit jeu mental et émotionnel durant 1 an, soit 365 jours. Vous serez vous-même épaté par les résultats obtenus. Passez ensuite à une autre peur.
    5ème étape éprouvée : passez à la 2ème peur sur laquelle vous désirez ardemment travailler

    Votre victoire sur votre 1ère peur aura accru votre confiance en vous-même. Vous vous serez senti libre et capable de tout. A présent, attaquez-vous à la 2ème peur sur laquelle vous désirez ardemment travailler. Procédez de la sorte jusqu’à épuiser toute votre liste.

    Vous vous sentirez de plus en plus indestructible au fur et à mesure que vous éliminerez vos peurs. Essayez et vous verrez ! Mais, bien que ces 5 étapes soient efficaces, l’idée de se libérer de ses peurs peut s’avérer effrayante.

    http://www.tureussiras.com/confinace-en-soi/peur-eliminez-vos-peurs-en-5-etapes-eprouvees.html

    J'aime

  3. Pierre dit :

    Modèle thérapeutique

    Dans l’esprit du phobique, un souvenir, lié au déclencheur, est associé avec une peur de forte intensité. Lorsque le patient se trouve dans la situation ou en présence de l’objet de la phobie, une correspondance inconsciente se fait avec le souvenir et l’émotion associée, la peur, est réactivée.

    Le souvenir originel provient d’un événement vécu par le patient et qui lui a fait peur sur le moment. Parfois ce souvenir est refoulé, oublié consciemment, parfois il reste bien clair dans l’esprit conscient. Quand le patient se souvient d’avoir ressenti de la peur, ce n’est pas forcément avec la même intensité que lors de la crise de phobie.

    L’intensité de la peur peut parfois s’expliquer, comme par exemple la personne peut, au moment de l’événement originel, inconsciemment penser qu’elle va mourir, elle peut alors avoir une peut très intense, qu’elle ne perçoit pas forcément du fait de l’anesthésie provoquée par la peur elle-même. Parfois cette intensité est liée à la grande jeunesse du patient au moment de l’événement d’origine.

    Les traitements

    Les phobies se traitent très bien par hypnothérapie. Le problème étant une association très localisée, il suffit de faire une dissociation entre le déclencheur et l’émotion. Plusieurs techniques sont disponibles pour cela, qui toutes conduisent à des résultats rapides et solides.

    Quand il est possible de retrouver l’événement à l’origine de l’association, on peut travailler sur ce souvenir et par un recadrage ou une restructuration mémorielle en supprimer la composante émotionnelle.

    Sinon, on peut travailler directement sur l’état présent sans en trouver l’origine, et pratiquer une technique de désensibilisation inconsciente.

    Toutes ces techniques sont efficaces et donnent des résultats positifs parfois en seulement une seule séance.

    Excellente journée à tous

    J'aime

  4. Dom dit :

    Dans la vie
    on ne compte pas heures et années
    seulement
    les battements vifs d’un coeur aimant.

    Il faut dormir d’un sommeil plein,
    rêver d’étoiles, oser un geste fou,
    pleurer à flot, rire aux éclats,
    savourer la douceur tendre d’un matin triste,
    la solitude, mais non l’isolement,
    l’amitié, mais non l’encombrement.

    Il faut découvrir avec passion
    son âme et Dieu,
    un poème, un tableau, une symphonie,
    les nuances de chaque saison,
    l’unique beauté de chaque amour.

    Dans la vie il faut
    ne pas compter, mais tout donner,
    souffrir, mourir, renaitre, grandir,
    vivre d’espoir, et n’espérer rien
    que la richesse de ce moment
    et l’Éternité de Dieu.

    J'aime

  5. Sol dit :

    Voici une liste donnée par wiki sur les symptômes pendant une crise de panique:

    * Palpitations ou accélération du rythme cardiaque.
    * Transpiration.
    * Tremblements ou secousses musculaires.
    * Dyspnée, sensations de souffle coupé, d’étouffement, et d’étranglement.
    * Douleur ou gêne thoracique.
    * Convulsion au niveau du cou ou vomissement,
    * Nausée, gêne abdominale (maux de ventre).
    * Respiration inadaptée, abdomen contracté, gonflé, impression de manquer d’air.
    * Sensation de vertige, d’instabilité, de tête vide ou impression d’évanouissement.
    * Déréalisation (sentiment d’irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi).
    * Peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou.
    * Perdre le contact avec le son, le bruit (surdité temporaire).
    * Ne plus être capable de communiquer.
    * Paresthésies (sensations d’engourdissement ou de picotements).
    * Frissons ou bouffées de chaleur.
    * Peur de mourir, peur d’avoir une maladie.
    * Trouble de la mémoire et de la concentration.
    * Mal de tête.

    J'aime

  6. Sol dit :

    Liste incomplète des peurs

    * Ablutophobie – Peur de se baigner. Cette phobie est plus une peur de la noyade qu’une peur de l’eau.
    * Acarophobie – Peur des parasites de la peau, des acariens.
    * Achluophobie – Peur de l’obscurité.
    * Acrophobie – Peur des hauteurs ; s’accompagne fréquemment de vertiges.
    * Agoraphobie – Peur des espaces libres et/ou des lieux publics.
    * Aichmophobie ou Achmophobie – Peur des aiguilles et des objets pointus (ciseaux, couteaux, seringue par exemple)
    * Ailurophobie – Peur des chats.
    * Anthelmophobie – Peur des vers (dite aussi vermiphobie).
    * Anuptaphobie – Peur de rester célibataire.
    * Apiphobie – Peur des abeilles. Par extension, peur des insectes possédant un dard ou pouvant piquer.
    * Apopathodiaphulatophobie – Peur d’être constipé ou de la constipation en elle-même.
    * Asthénophobie – peur de la faiblesse
    * Aquaphobie – Peur de l’eau
    * Autophobie – Peur de soi (Suiphobie)
    * Autocheirothanatophobie – Peur du suicide
    * Arachnophobie – Peur des araignées.
    * Astraphobie – Peur des éclairs.
    * Bélénophobie – peur des aiguilles.
    * Brontophobie – peur du tonnerre.
    * Cheimophobie – Peur des tempêtes et des orages.
    * Claustrophobie – Peur des espaces confinés.
    * Coulrophobie – Peur des clowns.
    * Coprophobie – Peur des excréments (voir aussi Scatophobie).
    * Cusuraphobie – Peur d’avoir tort.
    * Dysmorphophobie – Peur des anomalies physiques.
    * Dyspondéromorphophobie – Peur des anomalies physiques génèrées par le poids
    * Émétophobie – Peur de vomir.
    * Éreutophobie – Peur de rougir en public.
    * Gymnophobie – Peur de la nudité.
    * Gynéphobie – Peur des femmes.
    * Hématophobie – Peur du sang.
    * Hémorroïdophobie – Peur d’avoir des hémoroïdes ou de ceux qui l’ont.
    * Hexakosioihexekontahexaphobie – Peur du nombre 666.
    * Hydrophobie – Peur morbide de l’eau. C’est aussi un des symptômes de la rage.
    * Hylophobie – Peur des forêts
    * Hippopotomonstrosesquippedaliophobie – Peur des mots trop longs.
    * Kénophobie – Peur du noir et de l’obscurité.
    * Katagélophobie – Peur du ridicule.
    * Myrmécophobie – Peur des fourmis.
    * Nosophobie – Peur de la maladie.
    * Ochlophobie – Peur de la foule.
    * Ophiophobie – Peur des serpents.
    * Ombilicophobie – Phobie liée au nombril
    * Pantophobie – Peur de tout.
    * Paraskevidékatriaphobie – Peur du vendredi 13.
    * Phasmophobie -Peur des fantomes.
    * Phobie sociale – Peur de certaines situations sociales.
    * Phobophobie – Peur d’avoir peur.
    * Pyrophobie – Peur du feu.
    * Squalophobie – Peur des requins
    * Sidérodromophobie – Peur de voyager en train.
    * Taijin kyofusho – Peur d’offenser autrui par l’odeur ou le regard (terme japonais).
    * Thanatophobie – Peur de la mort.
    * Triskaïdekaphobie – Peur du nombre 13.
    * Zoophobie – Peur des animaux généralement.

    J'aime

  7. Laurence dit :

    Merci Sol
    Je vais essayer
    😉

    J'aime

  8. Sol dit :

    Une séance de relaxation en résumé

    Installe toi dans la pièce la plus calme de la maison avec un éclairage doux . La pièce doit être bien chauffée sinon prévois une couverture car en cours de séance la température du corps baissera

    Prends une position qui facilite la détente musculaire. couché ou assis confortablement.Si tu es allongée le matelas doit être ferme comme un tapis de gymnastique par exemple
    Ferme les yeux au début pour éliminer les stimuli visuels et t’ aider à te concentrer.
    Porte des vêtements amples et enlèves tes chaussures
    Le secret c’est la répétition plus tu pratiques régulièrement plus le corps et l’esprit peuvent recréer facilement la détente
    La relaxation demande que je adoptions une attitude passive. On doit se laisser aller à la relaxation et se détacher du quotidien
    En fin de séance. Ne te releve pas immédiatement. Commence par bouger
    doucement les orteils et les doigts, puis les pieds et les mains, inspirez profondément, étire toi doucement en
    bâillant. Puis tu ouvres les yeux et tu te lèves lentement.

    La séance

    Installé confortablement dans une position de relaxation.. je ferme les yeux pour m’ isoler du monde extérieur. Je prends conscience des points d’appuis de mon corps Je prends conscience de l’air qui entoure mon corps, j’ expire doucement et je me laisse aller dans cette position.

    Je relâche tout mon corps, en commençant par la tête. Je sens le poids de ma tête,je déplisse les plis de mon visage mon front est lisse, j’efface les rides de mon front….
    Je détends les muscles de mes yeux ils sont libres et détendus , je sens s’alourdir mes paupières……
    Je relâche les joues, la face externe de mes joues se relâche, la pommette et le creux des joues….Je .relâche la face interne des joues,
    je desserre mes dents mes mâchoires sont détendues, la langue se pose librement dans mon bouche, la bouche s’entrouvre et le menton est relâché
    Je me concentre sur la région antérieure du cou la nuque se relâche, le devant du cou et les régions latérales du cou se détendent.

    Je relâche mes épaules, elles s’abaissent, se détendent, elles se posent sur le matelas La partie extérieure des épaules, de la partie externe des bras est sans tension, relâchés, les doigts se relâchent jusqu’à leurs extrémités.. -je sens un fourmillement au bout des doigts ou une sensation de chaleur, que provoque le relâchement musculaire…

    Je peux maintenant me centrer sur mon sternum. mon thorax, la partie intérieure des bras je les relâche,ils sont parfaitement détendus
    . Ma respiration est détendue et légère
    Ma respiration forme un ballon depuis les clavicules jusqu’à l’abdomen
    Le ballon se gonfle doucement à l’inspiration et il se vide complètement à l’expiration
    A chaque fois que j’expire j’en profite pour relâcher tout mon corps qui retombe doucement vers le sol

    A chaque fois que j’inspire je sens mes vertèbres qui descendent vers le sol
    Je détends maintenant mes cuisses ,mes genoux,le creux du genou,mes mollets.Je sens le poids de mes jambes,elles sont lourdes,détendues
    Je détends mes pieds,mes orteils.Je peux peut être sentir une chaleur ou des fourmillements si je suis bien relâché

    Je pense à une grande surface blanche ou à un lac ou une plage .
    Je plonge dans cette surface accueillante et je m’imprègne des sensations.
    je m’enfonce encore plus dans la détente Je me concentre uniquement sur cette surface de couleur je me laisse envahir par la couleur et je reste ainsi un long temps

    Puis je reviens à moi

    ….Je respire profondément plusieurs fois. je remue les pieds, les jambes, les genoux, les jambes ,je baille. Je m’étire très fort. Et lorsque je le souhaite , je peux ouvrir les yeux.

    J'aime

  9. Laurence dit :

    Ma peur se résume peut-être à la peur de mourir
    Mais je n’en suis pas sûre.

    J'aime

  10. Sol dit :

    Croire que l’origine d’un phénomène renseignera sur sa cause est une impasse. L’observation ne montre jamais que des effets successifs, que la cause, par définition invisible (sinon c’est un effet), transcende puisqu’elle est forcément présente EN MEME TEMPS que l’effet (sans cause présente, pas d’effet présent. N’étudiant jamais que les effets, la science physique a été conduite à abandonner l’idée de cause.

    Franck Hatem

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s